Pages

Grauvell

Grauvell

lundi 29 juillet 2013

La quantité pas la grosseur !

Départ samedi matin  8h30, avec Thomas et Rémi, pour faire la montante dans l'estuaire. Le temps est gris mais il ne fait pas froid sauf peut être pour les Toulousains !! (air à 18° eau à 18°, pas de vent). 

Le courant n'est pas encore trop fort et nous touchons rapidement quelques bars de petite taille (Thomas sera le premier). On aperçoit une chasse de sternes au loin et on s'empresse d'y aller. A chaque lancé on touchera du poisson et même si c'est des barsets, on s'amuse bien. On fera même un triplé.

Il faut revoir la technique pour les gars, il y a du mieux mais ce n'est pas encore ça. Il manque la coordination entre l'index et le poignet.

Le métier rentre !!

Un peu de vertical pour reposer le poignet.


Au final : une vingtaine de barsets pris et deux mérous bretons (Vieilles communes). Tous les poissons sont bien sur retournés grandir. Je suis ravi de voir le nombre impressionnant de barsets présents en espérant qu'ils grandissent et se reproduisent pour les années futurs.  

dimanche 28 juillet 2013

Un phoque dans l'estuaire

Vendredi soir sortie de nouveau sur l'estuaire avec mes neveux Thomas et Rémi. le soleil est radieux 23° eau à 18° pas de vent. Les coefficients de marées sont encore important et il est temps de mettre les lignes à l'eau.

En chemin, Rémi que je vais pouvoir surnommer œil de lynx, me dit qu'il a vu un phoque. J'arrête le bateau et je fais demi tour. Effectivement il s'agit d'un phoque. On peut l'observer à loisir et les enfants sont ravis.

Sur la première dérive je vois un banc de bar juste devant la roche attendant leur nourriture. Thomas fera le premier poisson non maillé qui rejoindra très vite son élément. On recale la dérive, le banc aperçu précédemment, commence à se disperser. Rémi me demande de regarder derrière le bateau, il y a plein d'oiseaux. En effet, il s'agit d'une grosse chasse de Sternes. Je place la dérive en amont et on commence les lancés. On ne tardera pas à prendre du bar dans cette chasse. Encore du bar non maillé mais ils sont bien nerveux et les enfants se font plaisir. On va les laisser grandir tranquille.

Sur les dérives suivantes, ont fera même deux maquereaux. Je me rappelle avoir déjà pris du maquereaux du bord sous le pont de Lézardrieux, il y a une dizaine d'année.

Le phoque est arrivé sur notre coin de pêche et je sens que ça va être dur de trouver du poisson. Nous nous laissons dériver au gré du courant tout en grattant le fond. Je sens qu'un poisson grattouille le leurre, je ferre, raté. Je reprends contact avec le fond et rebelote je ferre, pendu !! Il commence par un joli rush, je serre tout doucement le frein et je le ramène au bateau. Rémi  se saisi de l'épuisette et très vite il est a bord du bateau.

le seul beau poisson de la soirée

Il est temps de rentrer à la maison.

Au final en trois heures : on aura pu observer un phoque dans son élément naturel, pris des barsets à la volée dans des chasses de sternes, du maquereau et un joli bar (57 cm).

jeudi 25 juillet 2013

Énorme !!

Petite session de pêche après le travail en compagnie de ma fille "Candice" et de mon neveu "Thomas". Le temps est de la partie (air à 24°, eau à 18° et pas de vent). Nous décidons de rester dans l'estuaire.

Candice et Thomas sont au Black Minnow marron et pour ma part un "Ty Fourrage" blanc recommandé par le détaillant d'Ac scion pêche. J'arrive un peu tôt sur le spot. Ce n'est pas grave on trempe les leurres en attendant le moment propice.

Je profite pour donner quelques conseils aux matelots. Après quelques dérives infructueuses, nous commençons à voir autours de nous des poissons sautés hors de l'eau. Candice me rappelle que je n'ai pas mis la casquette magique. Superstition quand tu nous tiens !!

Sur la dérive suivante, Candice est en train de remonter son leurre. Grosse touche et ferrage immédiat. Le poisson part dans un rush violent, le moulinet hurle et la bobine de tresse commence à se vider sérieusement. Candice a failli tomber du bateau. 
Elle ressent les coups de tête puissant du poisson. Aucun doute possible, il s'agit d'un bar. La pression du poisson est trop forte, elle décide de me donner la canne pour que je finisse le combat. 
Je me rends compte que j'ai affaire à un client sérieux qui me fera rush sur rush. Candice est à l'épuisette attendant fébrilement de voir le poisson. Les reflets blancs dans l'eau sont impressionnants. A chaque fois que le poisson voit le bateau, il sonde pour aller chercher le fond. Quelques minutes après, il rejoint l'épuisette et Candice laisse éclater sa joie.

Candice n'en revient toujours pas !!
La casquette magique à droite

Il s'agit d'un poisson de 75 cm pour 4 kg.  Il s'agit du nouveau record, l'ancien était détenu par le fiston. 

L’excitation passée, nous continuons les dérives. Thomas ferre un poisson et le combat est lancé puis tout à coup plus rien. Il remonte la ligne et il ne reste plus que la tête plombée. Sans nul doute, il s'agissait d'un joli poisson. Je n'arrive pas à comprendre comment cela a pu se produire.

Pour conjurer le sort qui pèse sur Thomas, je prête ma casquette. Il  prendra son premier bar de 35 cm sur la dernière dérive de la soirée. 

Le courant faiblit, il est temps de rentrer.

En conclusion : Je suis certain que nous nous rappellerons longtemps de cette partie de pêche exceptionnelle avec un poisson fabuleux.    

mercredi 17 juillet 2013

La Normandie s'invite à une partie de pêche !!

Petite session rapide après le travail avec Joël le cousin de Normandie et Mamie. La stratégie est simple direction la Cormorandière pour pécher le maquereau.

Nous partons avec un grand soleil (air à 25° et l'eau à 17°) et arrivés sur zone une brume de mer envahit notre horizon. Je me dis que je suis heureux d'avoir investi dans un combiné Sondeur/GPS même si j'ai gardé l'habitude de surveiller le compas.

Nos mettons les mitraillettes à l'eau et le premier maquereau sera pour mamie. Ça chambre pas mal sur le bateau. Pendant 10 minutes pas un seul poisson.

Je change de zone pour aller un peu plus au large. Nous descendons nos lignes et Joël me fait remarquer que je n'ai pas mis la casquette magique. Ni une ni deux je la visse sur mon crâne. Une minutes après, toutes nos lignes sont remplies. Le banc de maquereaux est sous le bateau. Nous pêcherons pendant une demi heures. Le quota que je m'étais fixé étant atteint, on décide d'arrêter. Il était temps, Mamie n'a plus la force de remonter les lignes.

Nous décidons alors de faire une pause casse-croûte.

Une mamie heureuse mais lessivée !!
Il est temps de vider les maquereaux  (sans oublier de leur couper la queue) et de rentrer à la maison.

Grosse séance de nettoyage en perspective.
Une super partie de pêche en famille. Je suis sur que Joël gardera cette sortie en mer gravée dans sa mémoire.

Drôle de découverte

Samedi départ à 8h30 avec Thomas et Rémi (mes neveux). Nous commencerons à prospecter l'estuaire sur les mêmes dérives qu'hier. Je prends une vieille  puis une seconde. C'est au tour de Thomas de faire son premier poisson, encore une veille. Elles sont retournées à l'eau en pleine forme.

Je décide de partir un peu plus au large. en passant le pont de Lézardrieux, je repère un ballon de baudruche qui flotte et je décide d'aller le ramasser. En le sortant de l'eau on s'aperçoit qu'il y a un petit mot.

Ballon à la mer

Après une petite recherche sur internet l'école se trouve à quelques kilomètres de Londres. Il aura parcouru pas loin de 350 kilomètres.

On continue notre chemin pour aller faire quelques maquereaux mais arrivé devant Bréhat une houle courte nous oblige à rester près des cotes. Thomas fera deux maquereaux et Rémi un lançon (remis à l'eau bien sur). Pas de doute, Thomas est le champion du jour !!

Nous allons pique-niquer à Saint Riom après avoir récupéré mon épouse à Pors Even.

L'après midi, je retourne avec Rémi et son petit frère Romain. La mer s'est calmée et nous naviguons sur un lac. Nous prospectons sur des fonds de 3 à 5 mètres. Il est temps de passer aux leurres souples finess (one up 4" et keitech impact 4").
One Up
Keitech impact

 J'apprends à Rémi comment faire un lancé et c'est parti. On lance et je prends un petit bar qui retourne immédiatement à l'eau. Quelques lancés plus tard, je prends un maquereau. On voit un grand nombre de poissons sautés autours de nous. On s'empresse d'envoyer les leurres mais les poissons ne sont pas mordeurs, ils suivent le leurre jusqu'au bateau par groupe de 4 ou 5 mais rien n'y fait.

Il est temps de retrouver la famille à Saint Rom et de profiter du soleil.


lundi 15 juillet 2013

Le sudiste !!

Rémi, mon neveu de Toulouse est en vacance à la maison et il est fasciné par la mer. Nous décidons vendredi soir de se faire une petite partie de pêche. Nous décidons de faire la montante dans l'estuaire. Il commence la pêche mais il est déjà passionné.

Nous rejoignons rapidement le lieu de pêche. Je place le bateau sur la dérive. Le sondeur indique que le poisson est bien présent. Je suis au leurre de surface et Rémi au leurre souple à la vertical du bateau. Malgré les détections nous ne toucherons pas de poisson.

Changement de stratégie, casquette magique sur le crâne, Je décide de m'approcher du lit de la rivière. On met le black minnow à l'eau et on l'anime de façon minimaliste. Je fais le premier bar pas maillé. On se recale sur la dérive et je fais encore un bar un peu plus gros tout juste maillé. On se replace de nouveau, et je vois la canne de Rémi qui s'agite et il remonte un bar de 55 cm.

Il est pas heureux le gars Rémi !!!

Je me replace et un nouveau bar de 55 cm. Pendant ce temps Rémi se fera attaquer plusieurs fois son leurre mais il tarde trop à ferrer. Je ferai deux bars de 45 et 47 cm. Le courant perd de son intensité et il est temps de rentrer à la maison.

Au final, en moins d'une heure, 6 bars bien nerveux.

lundi 8 juillet 2013

Loup de mer solitaire

J'avais prévu de partir aux aurores mais un réveil récalcitrant m'a fait partir à 8h00 au lieu des 6h15. Je décide de profiter du beau temps pour aller chercher le poisson loin des cotes dans la limite de sécurité que m'autorise mon bateau.

Je prospecte une zone totalement inconnue que j'ai repéré sur les cartes marines à la maison. Je commence mes dérives et très rapidement je fais un mérou breton de près de 3 kg.

Je continue mes dérives et j'attrape un joli rouget. Au fil de la matinée, un grand nombre de bateaux arrivent sur cette zone et me laisse à penser que le coin est prometteur.

Je trouve un banc de bars par trente mètres de fond, calé derrière un monticule de sable. Je ne tarderais pas à faire un bar de 55 cm. Bien évidement je marque le point sur mon combiné  sondeur gps.

A l'étale de marée basse je vois sur le sondeur des boules énormes de poisson fourrage qui remontent des profondeurs. Il s'agit de lançons (j'en ai pris à la mitraillette et relâché immédiatement). Un grand nombre de  fou de bassans tournoient dans le ciel et plongent. Je regarde ce spectacle fabuleux tout en mangeant.

Je ferai un lieu jaune de 55 cm sur un leurre de surface (mega flash).

Ma belle sœur m'avait demandé de lui ramener quelques maquereaux. Je décide de revenir plus près de la côte pour en mettre au sec une dizaine.

Je resterai une grande partie de l'après midi à tourner et virer pour repérer les têtes de roches avoisinantes.

Je rentre à Pors Even et je m'arrête vider le poisson derrière Saint Riom.

Pas farouche !

Il va vraiment falloir que je m'achète un appareil photo numérique étanche et que je n'oublie pas de faire des photos pour le blog. Je me sers de mon smartphone (non étanche) pour faire des photos.

A table !!!

Anecdote : J'amarre le bateau à quai et je vais chercher la voiture et la remorque. A mon retour, je vois un goéland posé sur le tableau arrière du semi rigide en train de manger, sans complexe, les maquereaux. Au final il m'aura mangé trois maquereaux en moins de 5 minutes.

Je retiendrai de cette journée en mer en solitaire :
      - De nombreux points validés,
      - Un gros coup de soleil sur les mollets,
      - Des images de fou de bassan plongeant à quelques mètres du bateau.
   

Les copains du fiston

Départ vendredi midi avec Poké et Dav des copains du fiston. Des pêcheurs de la côte à qui j'avais promis une sortie en mer.

Le temps est extraordinairement beau (air à 24° et l'eau à 15,5°). Nous décidons d'aller sur le coin validé avec le fiston. Je me place sur le point et les bars sont bien présents calés au fond. Pas moyen d'en prendre un et pourtant toute la panoplie de leurres y est passée.

Nous changeons de coin et sur le chemin nous voyons une grosse concentration d'oiseaux. On s'arrête et on fait quelques lancés. En fait nous sommes sur un banc de maquereaux. Les mitraillettes sont montées et Dav et moi commençons le festival. Poké malgré ses efforts a du mal avec la technique. Nous arrêtons à 30 maquereaux. Après une bonne rigolade et un chambrage en règle poké nous annonce qu'il se réserve pour les "big fish".

Nous bougeons voir s'il reste du lieu. Pas de détection sur le sondeur et il semble que la zone prospectée soit vide. C'est l'heure de casser la croûte en dérive.

Changement de décor et nous allons voir sur la zone que j'avais prospecté la semaine dernière avec Christophe (le mousse). Poké commencera le bal avec une grosse vielle de plus de 2 kg. Il redescend sa ligne et prend un joli bar de 55 cm. Je remonte la dérive et il prend un deuxième bar de 52 cm.
Labrax, pêche, black minnow
Poké s'était bien réservé pour les gros poissons!

Labrax, black minnow
Dav 

Sur la dérive suivante Dav prend une grosse vieille. Poké fera encore une grosse vieille. Il est temps de rentrer à la maison.


semi rigide, pêche, bar, labrax
Retour à la maison 

Nous avons passé un excellent après midi, alternant des grosses rigolades et des moments de concentration sans aucun bruit.

Je serais le looser de la journée même si j'ai porté la casquette magique tout l'après midi !!!

lundi 1 juillet 2013

Sortie dominicale

Sortie ce dimanche avec Christophe dit "le mousse". Nous décidons de faire la fin de la montante au petit large. Ce sera une journée prospection en tentant de découvrir de nouveaux postes. 

Je ferais le premier et l'unique lieu de la journée et bien sur je marque le point sur le combiné sondeur/Gps.

A l'étale, nous attaquons le casse croûte préparé par Christophe (on s'est régalé!!). Manger au milieu de nul part à 4 ou 5 miles des côtes avec juste en bruit de fond la mer et le vent, reste un moment magique. 

Le vent forci dans l'après midi, nous obligeant à revenir plus près de la côte. Le sondeur indique des bancs de maquereaux énormes. C'est décidé, installation d'une mitraillette. Nous ferons une quinzaine de maquereaux.

Le vent continue à forcir et nous prospectons les parcs à huître au leurre de surface sans résultat. Nous retournons à Pors Even.

Nous nous retrouvons chez Christophe pour manger notre pêche.

Qui a dit que les hommes ne savait faire qu'une chose à la fois ?

Christophe a levé les filet des maquereaux et les a grillé au barbecue.

Appétissant et délicieux

En conclusion peu de poissons mais une bonne journée de prospection.