Pages

Grauvell

Grauvell

vendredi 24 février 2017

Lieus Jaunes deuxième partie

Christophe me propose de prendre son bateau pour aller valider le point marqué la veille. J'ai un rendez-vous le matin mais  je suis disponible à midi et demi. Il passe me prendre à la maison.

Le bateau est vite mis à l'eau. On mange les sandwichs préparés par Christophe tout en faisant route. En passant devant Bréhat un mur de brume. Christophe ralentit. Je me mets à l'avant pour faire la veille. Il nous faut pas loin d'une heure pour arriver sur le spot. La mer est complètement lisse. Pas un souffle de vent.

Je rentre le point GPS sur appareil pour être sur de trouver la bonne dérive rapidement. Le capitaine place le bateau parfaitement. Je mets le Fire Eel bleu en 80 gr de chez Delalande. Il a morflé un peu hier mais il se tient plutôt bien. Christophe n'a pas de Fire Eel, Valentin Ac'scion pêche/Tootaz n'a pas encore été livré. Je pense que c'est juste une question d'heures. Il met un Majikeel marron clair en 70 gr de chez Sakura.

Les trois premières dérives ne donnent rien. Auraient-ils disparu? Je vérifie tout de même le point sur le GPS. Je comprends mieux, j'ai fait une erreur en le rentrant. Je corrige l'erreur.  Toujours vérifier deux fois quand on rentre un point GPS. Voilà une leçon à retenir.

Christophe nous replace de façon à passer au bon endroit. Tout en dérivant, j'ai un œil sur le sondeur. C'est bon ils sont juste derrière le caillou. On ouvre nos pick-up. Les leurres descendent et touchent le fond. C'est parti pour l'ascenseur. J'ai une première tape, je continue. Pendu. Il me fait un gros départ puis plus rien. Christophe, lui par contre, est bien attelé, ça envoie du lourd avec des rushs de 5 à 6 secondes.  Heureusement que son frein est bien réglé. Christophe le remonte tout doucement. Le lieu a le temps de bien décompresser. Il est bien plus combatif sur toute la colonne d'eau. De toute façon avec sa canne, il vaut mieux prendre son temps. Je suis à l'épuisette guettant une ombre dorée sous le bateau. Là c'est un gros pépère.  Je le mesure 78 cm sous la toise. Je peux dire sans hésiter que le point est définitivement validé. Il ne reste plus qu'à déterminer pendant combien de temps les poissons sont présents.

Il a une arme secrète, la casquette magique !!

Je prends la photo avant que le capitaine nous replace.

La dérive est parfaite. J'anime mon leurre tout doucement sur le fond. Quelques petites tirées un peu sèches pour bien faire travailler le leurre. Je garde ma tresse bien tendue tout le temps de la descente. Il arrive que les poissons prennent le leurre pendant cette phase.

J'ai un œil sur le sondeur pour voir à quel moment, je vais commencer l'ascenseur. Je commence à voir la paroi rocheuse. Je mouline tout doucement. Je prends une tape. Je continue toujours sur le même rythme. Christophe a également des attaques. Je stoppe. Je laisse le leurre entre deux eaux pendant 4 à 6 secondes sans bouger. Puis je redémarre et c'est pendu. Gros ferrage pour assurer la prise. Je vois la canne de Christophe complètement cintrée. C'est un doublé. A voir les rushs, on a deux jolis poissons. Je me charge de l'épuisette. En un temps trois mouvements, ils sont mis au sec. Verdict 70 cm pour Christophe, 76 cm pour moi.

Le fameuxx Selfish

La dérive est bonne, on se replace. Christophe se fait  démonter l'agrafe sur un énorme poisson. On le voit bien sûr la photo.

Gros poisson, grosse agrafe !!
On aurait pu faire un doublé. En revanche, le mien est bien pendu et surtout bien nerveux. Au ferrage, il est parti direct au fond. Quelle puissance sur ce premier départ, il m'a pris 15 à 20 mètres de tresse. Une dizaine de mètres sur les rushs suivants. Pourtant mon frein est plutôt serré. Christophe le met dans l'épuisette. Je le mesure 80 cm. Le record du fiston n'est pas encore battu (83 cm). 

Joli steak de 80 cm.

Je fais un cavalier seul dans la dernière ligne droite. Je pense que le Fire Eel fait la différence. Christophe et moi avons la même dérive bien sur, les mêmes animations, des slugs imitant les lançons, même couleur (bleu). Une seule explication logique, le Fire Eel de chez Delalande prend beaucoup plus de poissons que le Majikeel. Est-ce le rattle dans son corps qui a fait la différence?
Lieu jaune de 74 cm


Lieu jaune de 78 cm
Il est temps de rentrer. En chemin, je reçois un SMS de Valentin qui m'annonce qu'il a été livré de sa commande Delalande.


Magasin Ac'scion pêche à Paimpol


Conclusion :

Un peu de vent et beaucoup de brume mais pas trop froid, ça c'est pour la météo. Une partie de pêche ultra courte mais passionnante. Le point est définitivement validé.

Il va falloir étudier de nouveau les cartes à la maison pour essayer de trouver des nouveaux points. Je vais laisser ce point tranquille un moment pour qu'il se repeuple.

Encore un bon moment passé sur l'eau en bonne compagnie. Cela fait du bien de se faire conduire de temps en temps.
 
Les leurres du jour :
 
Le Fire Eel couleur bleu de chez Delalande. 
 
Le Majikeel marron clair en 22 cm de Sakura.  

Chaque fois que je teste des nouveaux leurres, il me faut un temps d'adaptation pour trouver la bonne animation. On ne fait pas nager le leurre de la même manière. Certains ont besoin d'être brusqué, d'autre au contraire sont tout en délicatesse. Pour avoir une idée de la manière de faire, je descends le leurre 1 ou 2 mètres sous le bateau. Je teste les différentes animations. C'est Damien Février, guide pêche sur Paimpol, qui m'a initié. J'observe la réaction du leurre. Par chez nous l'eau est suffisamment claire pour le voir évoluer sous l'eau. Pour ceux qui n'ont pas la chance d'avoir une eau claire, on peut le faire dans une piscine, un bassin, un lavoir, une baignoire à vos risque et péril ;), ...


La troisième partie en cours d'écriture. A bientôt pour de nouvelles aventures

mercredi 22 février 2017

Lieus jaunes au semi-large

Enfin une fenêtre météo et en plus pendant les vacances. Il n'en fallait pas plus pour organiser une sortie en mer. Ce sera Jean-Mye et Christophe qui seront mes partenaires de pêche. On se donne rendez-vous à la maison au petit matin. Je vais  faire la fin de montante et la descendante. Les températures sont plutôt fraiches. J'ai dû gratter le pare-brise. La brume fait son apparition. La visibilité ne dépasse pas 100 m.

Après avoir bien étudié les cartes marines tranquillement à la maison, je définis la stratégie. Je vais faire un tour sur des spots bien connus pour faire quelques poissons. Ensuite je me consacrerai à faire de la prospection.

Mes coéquipiers sont toujours à l'heure. Christophe et Jean-Mye ne sont pas allés pêcher depuis plusieurs semaines. Alors ils sont impatients d'en découdre.

La descente du Trieux se passe bien mais devant Loguivy de la mer une brume s'épaissit. Je ralentis l'allure. On fait une veille méticuleuse pour ne pas heurter un autre bateau. Heureusement que j'ai un GPS sinon j'aurai fait demi-tour. Je n'oublie pas de regarder la direction que je prends sur la boussole. Au cas où le GPS ne fonctionnerait plus , je n'aurai qu'à rajouter 180° pour revenir à ma position de départ (tenir compte également de la vitesse du courant).


Seule éclaircie de la journée 

On va droit sur le mur de brouillard

Après plus de 45 minutes de route, j'arrive sur le premier spot.  La mer est complètement lisse, pas du tout de vent. S'il n'y avait pas cette brume, ce serait la journée parfaite.

Je place le bateau sur la première dérive. Il est temps de mettre nos leurres souples.

Le bateau ne dérive pas comme d'habitude. C'est normal, il n'y a pas du tout de vent.

Je me replace en fonction de la dérive précédente pour passer pile poil sur le point marqué. C'est un fond sableux juste avant une grosse roche. je bateau s'approche tout doucement du point. je commence à voir sur le sondeur le début du caillou. Là, ce n'est plus un caillou. C'est plutôt une cathédrale. Je laisse encore un peu mon leurre fleureté avec la paroi rocheuse au risque d'y laisser mon bas de ligne. Il faut dire qu'il y a toujours un petit décalage entre la vue du sondeur et la réalité. c'est dû en partie au cône du sondeur. Je touche le caillou. je commence à remonter mon leurre. après cinq à six tours de moulinet, je suis stoppé. Je fais un gros ferrage. Yes !!  le poisson est pendu. Il me fait un joli rush. Nul doute que c'est un lieu jaune. Il s'épuise assez vite. Je peux le remonter assez facilement. C'est un lieu jaune de 60 cm.


Premier poisson de la journée

Nos trois leurres fétiches sont à l'eau ; pour Christophe et Jean-Mye le Magic Eel en 22 cm marron de chez Sakura et pour moi le Fire Eel de chez Delalande que Valentin et Alexis d'Ac'scion pêche/Tootaz m'ont demandé de tester.  On commence par faire une pause pain au chocolat avec un café bien chaud (merci Jean-Mye)
 
C'est reparti pour une nouvelle dérive. les poissons sont bien présents autours du caillou. La brume est toujours aussi épaisse.
 
C'est au tour de Christophe de faire chanter le frein du moulinet et de cintrer sa nouvelle canne. Il a le sourire jusqu'aux oreilles. Il ne parle plus que par onomatopée (Whaouh, Raaah, Han, Bim, Argh;, ...). Au même moment j'ai une tape mais sans suite. Il met de longues minutes à remonter son poisson. il faut dire qu'avec une canne 7-28 gr et une tresse de 10 centièmes, il faut prendre son temps pour ne tout casser.
 
Jean-Mye et moi commençons à voir la silhouette dorée sous le bateau. C'est un beau poisson qui crève la surface.
 
Lieu jaune de 59 cm.

Les dérives suivantes ne donnent rien. Le courant a bien faibli. J'en profite pour faire la pause déjeuner. Aujourd'hui on mange en fonction de la marée. C'est Jean-Mye le cuistot du jour. On a le droit à un superbe casse-croûte tout fait et des clémentines en dessert.

Tout en mangeant, la brume est de moins en moins épaisse. Le soleil n'arrive pas à percer. Malgré tout, il ne fait pas froid. On discute stratégie tout en nous régalant. J'ai trouvé sur la carte à la maison un point qui semble prometteur. C'est le moment d'aller prospecter.

On se dépêche de ranger le matériel pour faire route tranquillement dans ce brouillard assez épais. C'est parti pour une demi-heure de navigation.

Je positionne le bateau. La profondeur a changé. on était sur de fond de 25 à 30 mètres pour maintenant dépassé les 40 mètres. Le courant n'est pas trop fort. Je décide de garder mon Fire Eel. Jean-Mye et Christophe gardent leur Magic Eel.

Les premières ne donnent rien. Pas question pour autant de partir de ce spot. Je déplace la dérive de 25 mètres à chaque dérive afin de peigner toute la zone.

Je fais quelques petits ascenseurs pour essayer d'exciter les poissons. Sur une animation, je sens un petit toc. Je continue à remonter tout doucement. Je fais un stop de 4 à 5 secondes. Je me remets à mouliner. Je n'ai pas le temps de faire un tour de manivelle que je prends un châtaigne dans l'avant-bras. La canne plie d'un coup sec et direct, le moulinet se met à siffler. Là, c'est du lourd. Je le laisse faire. Je me contente de laisser le poisson faire ses rushs. Je commence à me demander si c'est bien un lieu jaune tellement le combat est âpre. Après quelques longues minutes, je vois la robe dorée du lieu jaune sous le bateau. Christophe le met au sec avec l'épuisette. 82 centimètres, à deux centimètres du record du bateau.

Lieu jaune de 82 cm
 
Bien que ce soit la première fois que je viens sur ce spot, je commence à comprendre la technique qu'il faut utiliser pour déloger du fond ces beaux poissons.  En remontant la dérive j'explique à mes camarades de jeux la technique que j'utilise. Christophe a une première tape, il commence l'ascenseur et c'est parti. Jean-Mye et moi commençons également l'ascenseur. Je prends une tape mais il ne suit pas mon leurre. C'est Jean-Mye qui se fait stopper propre et net. C'est le premier doublé de la journée. je suis au milieu des deux et j'entends les moulinets chanter en stéréo. Je pense qu'on peut dire que le point est définitivement validé pour aujourd'hui. Je mets les deux lieus jaunes dans l'épuisette 66 cm pour Christophe et 63 cm pour Jean-Mye. l'eau est plutôt froide mais leur défense est spectaculaire. 


Lieus jaunes pour les mousses
Jean-Mye fait les deux poissons suivant

La joie dans le bateau est communicative





Que du bonheur, 69 cm

Lieu jaune de 74 cm
 
La journée se termine avec quelques beaux poissons. La brume ne nous aura pas quitté de la journée.
 
Conclusion :
 
Une bonne partie de pêche comme je les aime. Des copains, de la convivialité, de la bonne humeur et un bon casse-croûte, que demander de plus (peut-être le soleil !!). La brume a un côté aigre-doux. Une sensation d'être seul sur l'eau mais stressante en navigation. Je suis heureux de posséder un GPS qui fonctionne bien.
 
Je suis content de voir que l'étude des cartes marines à la maison peut déboucher sur une belle pêche. En plus,  ça me permet de m'évader même lorsque je suis à terre.
 
J'aime de plus en plus ma canne Grauvel Teklon Royal 702. C'est un véritable plaisir de remonter des gros lieus jaunes.  

Les leurres du jour :
 
Deux leurres ont tiré leur épingle du jeu. Tout d'abord le Fire Eel de chez Delalande. A croire qu'il a été fait exclusivement pour la pêche aux lieus jaunes. Cela fait longtemps qu'un leurre ne m'avait pas autant surpris. Il vient de détrôner, sans contestation possible, le Magic Eel. J'ai hâte de tester le Néo Shad sur les bars.
 
Le Magic Eel de chez Sakura a fait le boulot. Cela reste un très bon leurre malgré tout. Je pense que je vais l'abandonner progressivement.
 
Les Shad n'ont pas donné de bons résultats sur cette session.