Pages

Grauvell

Grauvell

jeudi 28 novembre 2013

La Dream Team !!

Le fiston étant de retour au pays pour deux jours, il m'a demandé d'organiser une partie de pêche. Je profite de sa venue pour inviter les deux cousins (Yoyo et Baptiste) et former le temps d'un week-end la Dream Team.   


Ils ont le sourire avant même de partir 
ça va envoyer !!
 Ils sont visiblement heureux de se retrouver pour une partie de pêche qui sera mémorable.

On charge les affaires et c'est parti !! 

Kevin BROCHEN, patron de la société Nauti Services à Paimpol, me prête pour le WE un semi rigide de marque ZEPPELIN 20 VPRO. C'est à lui que je confie mon bateau pour les révisions et les réparations. C'est toujours irréprochable.

Excellent réparateur maritime toujours de bons conseils

Parlons de la bête, il s'agit d'un semi rigide de 6,10 mètres avec une carène en V profond et d'un 115 cv Yamaha. Il est équipé d'un boolster pouvant accueillir 2 personnes , d'une console haute, d'une banquette arrière 2 personnes et d'une banquette devant la console 2 personnes. Il est en néoprène/hypalon de 1670 décitex  gage de longévité dans le temps. La direction hydraulique est précise, la commande de gaz tombe bien sous la main.  Le moteur est parfait bien qu'un peu bruyant au dessus de 5.500 tours. Il plane très rapidement aux alentours de 2.200 tours et grâce à ses flaps intégrés dans la carène, il ne se cabre presque pas. 

Les conditions de mer ce WE étaient plutôt musclées : 20 nœuds de vent et 35 nœuds sous rafale (6 à 7 Beaufort), des vagues de plus de 2,50 m. Nous avons tous été bluffés par le comportement marin de ce semi rigide. Pas une goutte, il passe remarquablement même à 20 nœuds. Nous avons effectué quelques petits sauts face à la vagues en toute quiétude même à des vitesses élevées (pas de roulis, pas de coup de raquette). La réception des sauts se fait tout en souplesse sur le tiers arrière. On peut dire sans se tromper que ce bateau est rude au mal mais raffiné. Il est idéal pour naviguer en toute sécurité. De plus, il est polyvalent. On peut se balader en famille (idéal pour 6 personnes) et pratiquer la pêche même à 4 sans emmêler ses lignes.     

Zeppelin 20 VPRO

Départ de Paimpol avec la Dream Team pour essayer de trouver du bar. Ne connaissant pas encore les capacités du bateau, je n'ose pas me rendre sur les plateaux du petit large. Nous sommes en mortes eaux avec un coefficient de 54. Je sais par expérience que la journée sera compliquée en restant à la côte. 

Les premières dérives ne donneront rien. Il faudra attendre midi pour que je sorte le premier bar (48 cm).

bar bien nerveux
Il est temps de passer à la pause casse croûte. On prend un corps mort dans la chambre à Bréhat. On s'installe confortablement à quatre à l'avant.

Il est temps de repartir toujours dans une ambiance de franche rigolade. Il faut dire que ces trois cousins n'ont pas la langue dans leur poche. Baptiste "le roi de l'algue", nous sortira toute sorte d'algues notamment des laminaires qu'il appelle des algues plates.

La fameuse algue plate !!
Il va aussi prendre un joli bar (50 cm) sur un black minnow 140. Peu de temps après, il attrape une petite vieille (on avait parié sur une algue).

Bar de 50 cm
Après être repassé plusieurs fois sur le point nous tentons notre chance sur un autre spot. La première dérive sera la bonne pour Yoyo qui se fait atteler par un bar bien nerveux. Le verdict tombe 52 cm. Yoyo à la particularité de pêcher à gratter, promenant lentement son leurre au raz du fond. Il le prendra avec un black minnow 120.
Yoto à la banane !
Nous tenterons notre chance dans l'estuaire et je prendrai un barset.

Le froid, la difficulté à trouver du poisson et le courant mollissant auront raison de notre motivation. Nous rentrons au port de Lézardrieux fatigués mais heureux. 

Nous remettons ça le dimanche. Nous partons à 10h00. Les conditions sont identiques à la veille. Nous restons à la côte le matin. Je cherche quelques veines de courant à l'abri de Bréhat. Sur une dérive, je vois le fiston ferrer et annoncer "Poisson". La canne est bien courbée, le poisson donne de bon coup de tête. Après un joli combat je le mets au sec dans l'épuisette. C'est un bar de 63 cm.
Encore un joli bar pour le fiston
Après plusieurs dérives infructueuses, on se rend sur les plateaux du petit large. C'est l'occasion de tester le bateau en condition réelle avec une mer démontée. Nous sommes à 15 nœuds, le bateau  passe cette mer hachée de façon remarquable. Je trouve le point et nous commençons à pêcher. Baptiste casse, puis c'est au tour de Yoyo. Mes trois matelots deviennent de plus en plus pâles. Je prends la décision de revenir à la côte pour casser la croûte. Le retour, vent arrière, nous a permis de surfer faisant par moment des pointes à 25 nœuds. C'est sur, ce bateau est extrêmement rassurant.

Je prends un corps mort à Bréhat. Les matelots ont repris des couleurs. Je les incite fortement à se restaurer avant que le mal de mer ne s'installe. Il faut toujours avoir l'estomac rempli. ça va mieux, ils recommencent à déconner.
Baptiste encore en train de faire le couillon !!

Yoyo

L'après midi sera difficile. Nous ne toucherons plus de poisson. On décide de rentrer, et satisfaits d'avoir pu partager ces quelques moments ensembles.

En conclusion : Super WE de pêche ou la joie et la bonne humeur ont été omniprésentes tout le temps. Il faudra attendre les beaux jours pour remettre ça. Peu de poissons à la côte en cette fin novembre 2013. La température de l'eau (9°)  est en chute libre. Des vents forts de secteur Nord-Est depuis début novembre m'empêche d'aller sur les spots du petit large. 
Le Zeppelin un bateau extraordinaire à tout point de vu. Encore un grand merci à Kevin pour m'avoir donné l'occasion de tester ce semi rigide. Il m'avait prévenu "l'essayer c'est l'adopter".   
    


  

jeudi 21 novembre 2013

Sortie entre pote

Départ dimanche matin à 10h00 avec Nicolas pour une session de pêche. Nous ne serons pas les seuls à aller en mer au vu des nombreuses remorques sur le parking. Le vent de Nord-Est nous oblige à rester auprès des côtes.

Nous essayons le spot ou nous avons trouvé du poisson hier matin. J'explique à Nicolas (pêcheur novice) les techniques de base. nous allons faire une pêche vertical sous le bateau. Cette technique a l'avantage d'être vite maîtrisée par les débutants. Première dérive, je touche un bar de 40 cm qui repart directement dans son élément.  Nous continuons sur le spot et Nicolas prend une petite veille (15 cm) qui sera elle aussi remise à l'eau.

Il est bientôt midi, nous accostons sur une île autours de Bréhat  il est temps de manger le casse-croûte préparée par Sylvie mon épouse. 

Le coefficient de marées étant important, je vais initier Nicolas à la pêche à pied. Nous cherchons des praires et palourdes. Nous trouvons quelques spécimens. L'élève apprend vite, il fera la plus grosse praire.

Nous repartons après cet intermède pour faire le début de la montante. Nous prospectons plusieurs coins sans résultat. Je décide comme hier de changer radicalement de stratégie et d'aller sur un spot qui m'a réussi en début de saison.

Je place le bateau et sur la première dérive, j'ai une attaque mais je tarde à ferrer et le poisson m'échappe. 

Tous les pêcheurs vous le diront, le plus gros poisson c'est celui qu'on a raté !!

Je replace le bateau et nous ferons un doublé de bars 42 cm pour Nicolas et 48 cm pour moi.  Sur la dérive suivante Nicolas fera un bar de 52 cm.

Nico t'est un chef !!
Plus de poisson, il est temps de rentrer à la maison. Nous arrivons à la cale et aussi étonnant que cela paraisse en ce mois de novembre, il faut faire la queue. On se croirai en été tellement il y a de bateaux. En attendant son tour, c'est l'occasion de discuter avec les autres pêcheurs.   

En conclusion : Quelques heures de pêche entre pote, il n'y pas mieux pour se vider la tête. Il faudra qu'on remette ça une prochaine fois. Les températures sont tout de même fraîches (eau à 12° et l'air à 10°). Il va falloir que j’investisse dans une tenue plus chaude. 
Le black minnow a encore été le leurre du jour avec une préférence pour le bleu en taille 120 ou 140.

lundi 18 novembre 2013

Le trio de pêcheurs

La Bretagne, ses trois dernières semaines, n'a pas été épargnée par son lot de tempêtes et ses vents violents. Une fenêtre météo plutôt favorable s'ouvre ce week-end.  Nous décidons (Christophe et Jean-Alain) d'aller voir si les bars sont toujours présents (l'eau à 13° et l'air à 9°).

Je me rends tout d'abord sur des spots près de la côte. Les dérives s’enchaînent sans résultat. Je suis persuadé que le poisson est présent dans le secteur et nous insistons près du rivage. La stratégie fonctionne et Christophe sur une dérive, annonce "Poisson". Le moulinet commence à chanter et la canne est bien pliée. Après quelques minutes de combat sur ma petite canne light, Christophe le ramène au bord du bateau. Il rejoindra l'épuisette. C'est un bar de 58 cm.

Le soleil dans les yeux !!
Nous insisterons mais sans succès. Mais ou est donc passé le poisson? Il faut changer de stratégie. Christophe nous propose une petite pause café agrémenté d'un petit pain au chocolat. 

C'est décidé nous allons prospecter les plateaux du petit large. Nous nous sommes rendus sur zone mais les conditions n'étaient pas optimales. Du vent et surtout une mer formée nous a contraint à faire demi tour et revenir de la côte. Nous avons réussi à prendre quatre vieilles dont 2 de plus de 50 cm (Christophe 1, Jean-Alain 1, Le capitaine 2). 

Nous allons faire une pause casse croûte dans la chambre à Bréhat. Je croise un collège qui a fait du bar et du lieu au nord de Bréhat. Il pêche à la traîne avec une ligne dite "criminelle" spécialement conçu pour ce terrain de jeu. Une fois le repas  terminé, un petit café chaud nous fera le plus grand bien.

Je prendrai un bar (46 cm) sur une dérive improbable. Il a la particularité d'avoir un dos très clair. Un point de plus sur le combiné, ce qui porte le total à 135.


Bar de sable.
 Nous changeons radicalement de zone pour nous rendre sur les lieux de début de saison.

Je place la dérive et Jean-Alain fait son premier bar de la journée (48 cm). 

Un pécheur en devenir !!
C'est au tour de Christophe, sur la dérive suivante, de faire le plus beau poisson de la journée un bar de 62 cm.

Magnifique poisson
Nous finirons par faire (Jean-Alain et moi) deux bars plus modeste de 44 et 42 cm.

En conclusion : La fin de la saison 2013 approche. Nous avons passé une agréable journée malgré des températures en chute libre. Après les tempêtes qui se sont succédées et la fin de l'été indien, Les poissons sont de plus en plus durs à localiser. La saison du lieu jaune et ses steaks va bientôt démarrer. 

jeudi 7 novembre 2013

Encore du poisson avant la trêve hivernale

Départ en début d'après midi pour me rendre sur les plateaux du petit large. Le temps est plutôt agréable (air 16°) et la mer est calme (eau 15°). Tous mes partenaires se sont désistés mais ce n'est pas cela qui va m'arrêter.  Je vais simplement devoir gérer l'épuisette, ne pas prendre e photos et ne pas parler (c'est ça le plus dur !!!).

Je décide de privilégier la sécurité avant tout en mettant mon gilet de sauvetage automatique et le coup circuit autour de mon poignet. 

Je me rends sur un coin qui m'avait rapporté un Lunker. Je positionne le bateau avec l'aide de mon combiné GPS/Sondeur. Je commence la dérive et le coin est plutôt encombré. Je fais travailler le leurre (black minnow 160) au plus près du fond. Je sens une attaque, ferrage appuyé et pendu. Je commence par brider le poisson pour éviter qu'il retourne au fond et me casse la ligne. Après quelques minutes, il arrive en surface. Quand on pêche seul, il faut tenir la canne d'une main sans laisser de mou dans la ligne et prendre l'épuisette de l'autre. C'est du sport et de la coordination. Enfin tout c'est bien déroulé et le poisson est mis au sec, un bar de 55 cm. Je suis content, ils n'ont pas déserté le spot. 

Quelques dérives plus tard, je mets un bar de 50 cm au sec. Le courant faibli et je commence à toucher du lieu. J'en ferai 4 coup sur coup (65, 55, 55 et 55 cm) sur le même point. 

J'apprécie de plus en plus mon combiné Humminbird 597 Ci HD DI que ce soit le GPS pour placer le bateau ou le sondeur pour visualiser précisément les fonds. Il faudra que je fasse, cette hiver, un article sur mes différents réglages.

Humminbird 597 CI HD DI

Le courant est pratiquement nul, je fais deux vieilles de 50 et 52 cm. C'est un poisson qui est très combatif et endurant sur les premiers rushs. Ce poisson se situe toujours non loin des fonds rocheux. il est pourvu d’incisives et des dents pharyngiennes qui lui permettent de broyer la plupart des coquillages et des crustacés. Il n'hésite pas à venir attaquer les leurres souples, les coupants en deux parfois (Grrrr ...).

En conclusion : Super session de pêche, les spots validés ces dernières temps abritent toujours du poisson. Je regrette de ne pas avoir trouvé un coéquipier pour cette partie de pêche décidée, il est vrai, au dernier moment.