Pages

Grauvell

Grauvell

jeudi 13 mars 2014

Du lieu encore et toujours !!

Je profite d'une journée de RTT pour inviter Bernard, un copain de longue date à une partie de pêche. Le rendez vous est pris, la météo annonce du brouillard le matin, soleil à partir de 10 heures et surtout pas de vent (air à 10° et eau à 8°). 

Nous partons de la cale de Pors Even à Ploubazlanec dans une purée de pois. Je suis heureux de posséder un combiné Sondeur GPS. La visibilité ne dépasse pas 100 mètres. D’ailleurs en sortant du port, alors que le GPS n'avait pas trouvé les satellites, j'ai talonné. Rien de méchant juste un peu de peinture.

Il faut reconnaître que naviguer dans un brouillard épais, est assez stressant. Nous croiserons même le bateau de l'Ifremer. La corne de brume est sortie et Bernard corne toutes les minutes. Nous arrivons sur les plateaux du semi large. 

Thalassa, le bateau de L'IFREMER 
La partie de pêche peut commencer. Je donne un Magic Eel 22 cm de couleur équille (Sakura) à Bernard avec une tête plombée en 70 grammes. Pour ma part je mets aussi un Magic Eel de couleur bleu (Sakura)  avec une tête plombée de 70 grammes et un raglou bleu et blanc (12 cm) en teaser. Nous sommes sur un fond de trente mètres avec 2 nœuds de courant. Je pense qu'on aurait pu mettre moins de 50 grammes mais bon !!

 Sur la première dérive j'ouvre le compteur avec un lieu de 50 cm, puis un lieu de 25 cm sur le teaser (remis à l'eau bien évidemment). Après quelques dérives qui ne donneront rien, je déplace le bateau sur le spot qui m'avait rapporté le lieu record. Pas d'activité sur le spot et je laisse le bateau dériver. Une centaine de mètres plus loin, après avoir passé une barre rocheuse, je vois sur le sondeur un banc de lieus. Bernard sortira son premier poisson de la journée (50 cm), puis un second (55 cm).

Il a pas l'air comme ça mais il était super content

C'est bien moi qu'il l'ai péché !!!

Nous sommes à l'étale et le poisson n'est plus actif. On décide de casser la croûte et de boire un petit cappucino bien chaud.

Le courant peine à reprendre et je décide de changer de spot. Le courant y est plus présent du fait de la configuration du fond. Sur la même dérive, je prends 3 lieus (50 cm, 52 cm, 50 cm). On replace la dérive et Bernard prend une superbe vieille commune de 3 kg (55 cm). Je prendrai également quelques petits lieus de mois de 50 cm sur le teaser (remis rapidement à l'eau). J'ai même réussi à prendre un lieu de 17 cm sur un leurre de 22 cm (un vrai morfale !). 

Nous décidons de rentrer en s'arrêtant sur quelques têtes de roches qui jalonneront notre parcours. Nous ne trouvons pas de poissons. Lors de nos sauts de puce d'un caillou à l'autre nous faisons une rencontre avec deux dauphins. J'arrête le bateau. Ils se rapprochent de nous. Ils tournent cinq minutes autours de nous pour notre plus grande joie.

Je me rappelle d'un point que j'avais trouvé par hasard, en péchant des maquereaux. Ce jour la, les maquereaux étaient calés sur le fond. J'animais ma mitraillette, lorsque 2 jolis lieus (62 et 66 cm) avaient mordu. Le point n'étant pas trop loin , nous nous y rendons. Je place la dérive un peu en amont du caillou. Nous sommes sur un fond de sable avec une profondeur de 25 mètres. On mets nos lignes à l'eau en verticale sous le bateau, en attendant la remontée. Je scrute le sondeur pour la voir et je commence à faire la technique de l'ascenseur et bang une grosse décharge dans le poignet. Je ferre, pendu, le poisson est bien au bout de la ligne et il tente de regagner le fond. J'essaie de le brider mais il a l'air costaud. Je laisse le moulinet faire le travail en prenant soin de garder ma tresse toujours tendue. Il s'épuise et remonte tranquillement. C'est un lieu de 65 cm (3 kg).  Sur la dérive suivante je vais faire son petit frère (60 cm).  

Conclusion :  J'ai passé un bon moment avec Bernard. On a bien rigolé tout au long de cette journée. Il a pris quelques poissons mais je pense qu'il a surtout compris la technique. Il lui restera à l'affiner lors de ses prochaines sorties (garde bien ton fil tendu lors des animations !!).  
Au total on a pris 16 poissons (14 lieus et 2 vieilles). Le brouillard a été présent toute la journée. Une visibilité réduite à 100 m et une humidité permanente a un peu gâché notre plaisir.
Le teaser marche très bien mais je remonte trop de petits poissons. Je pense que je vais arrêter cette technique et la garder pour les jours ou se sera plus difficile. De plus lorsqu'on s’emmêle c'est la galère. 

samedi 1 mars 2014

Un steak, que dis je, une Poutre !!

Le fiston vient au pays ce week-end et nous avons programmé une sortie en mer. Toute la semaine, nous avons regardé les prévisions météorologiques sur tous les sites "fiables" : Météofrance, Windguru, l'aéroport de Lannion et Saint Brieuc. Tous sont unanimes pour annoncer une fenêtre météo favorable ce samedi.
Il faut dire que depuis le début de l'année 2014, les tempêtes se succèdent en Bretagne (27 tempêtes en 3 mois). Du jamais vu depuis 1959.

Du coup, on part samedi à 10 heures. C'est la grande marée mais on décide d'aller voir l'état de la mer au petit large (2 à 3 miles des côtes).  Au fur et à mesure qu'on s'éloigne de la côtes la mer est toujours aussi calme, juste un petite houle très longue (20 cm).
Nous prospectons sur le premier point GPS et sur l'accord d'une roche, je prends le premier lieu de la journée (60 cm). Le poisson recrache une quantité hallucinante de poissons fourrages principalement des lançons. Le leurre utilisé est un Magic Eel clear blue de 22 cm (Sakura) sur une tête plombée de 70 grammes (Sakura). La ressemblance avec les poissons recrachés est stupéfiante. Le fiston a également une tape,  juste avant que je prenne mon poisson, mais  il n'a pas réussi à le ferrer.
 
Superbe robe pour ce lieu jaune

Nous allons faire plusieurs passages sans succès. Le coefficient de 114 n'est pas idéal pour aller pêcher sur ces plateaux du petit large. Le courant est de 4 nœuds et nous laisserons un peu de matériel au fond.
Profitant de ces conditions exceptionnelles, je décide d'aller prospecter différents cailloux un peu plus au large. Le bilan est globalement pas bon, pas une seul détection. Le courant commence a faiblir et le fiston commence à avoir faim. Il est temps de partager le délicieux casse-croûte préparé par Sylvie mon épouse.
Nous rentrons de notre périple pour revenir à notre point de départ. En chemin nous voyons une grosse concentration de Guillemot et deux fous de bassan. Je me rappelle à ce moment la ce qu'un ancien m'avait dit : "lorsque tu vois une concentration d'oiseaux à la surface, c'est souvent le signe qu'il y a du poisson au fond". Je pourrais également rajouter que lorsque le fiston a faim c'est à ce moment précis qu'on attrape des poissons.
J'arrête le bateau et on met nos lignes à l'eau. Je scrute le sondeur mais je ne vois pas d'activité. Je sens une tape sur le leurre. Je commence à remonter ma ligne en linéaire (technique de l'ascenseur). Après quatre ou cinq tours de manivelle, je sens une grosse tape, je ferre et le moulinet se met à chanter. J'essaie de brider le poisson et je sens que j'ai affaire à un joli poisson. Je peux même dire avec certitude que c'est du lieu. Le combat est âpre. Il faut que je fasse attention à bien régler le frein de moulinet, je suis monté en tresse de 10% (Wiplash Crystal de chez Berkley) avec un bas de ligne en fluorocarbone de 35%. La canne a une belle courbure, le moulinet chante et je sens bien les coups de tête du poisson. Au bout de plusieurs minutes, Le poisson arrive sous le bateau. Le fiston le met au sec dans l'épuisette d'un geste assuré. On le mesure, c'est le nouveau record du bateau 82 cm pour 6 kg.

 
Nouveau record 82 cm 
Pratique cette règle autocollante

On replace la dérive mais on ne touchera plus de poisson sur cette dérive. Le courant a bien repris et je décide d'aller sur le premier point de la journée. Je place le bateau en amont du caillou. Je me prépare à utiliser la technique de l'ascenseur et c'est parti. Je remonte le leurre à mi profondeur et je sens une résistance. Je ferre immédiatement, la encore c'est surement un lieu jaune. Je remonte le poisson et le fiston le met au sec (57 cm).  Nous tenterons plusieurs dérives sans résultat. Le courant est vrament trop fort et nous décidons de rentrer.

En conclusion : je ne pensais que le temps serait de la partie avec une mer complètement plate. Encore un moment de partage qui plus est avec mon fils. Je suis un peu déçu qu'il n'ait pas pris de poisson mais lui avait l'air ravi à en voir son sourire. Je ne vais jamais pêcher le lieu jaune sur les plateaux du petit large lorsque les coefficients de marée dépassent 70. A la pêche, je n'ai qu'une certitude, c'est incertitude.

Le leurre du jour le Magic Eel en 22 cm de chez Sakura couleur Clear Blue ou Sand Eel.

Un grand merci à Yoyo pour m'avoir offert une canne à pêche (Shimano Ultegra) qui aura pris ce poisson record. On peut dire qu'elle a une réserve de puissance formidable.

Puissance 20-60 grammes