Pages

Grauvell

Grauvell

mardi 26 février 2013

Surprise !!!


Ce week-end, je reçois un colis surprise de la part de mon fiston. Il s’agit d’un sac  de pêche. Quelle merveilleuse idée quand on sait que je mettais tous mes leurres en vrac dans un sac à dos.

Du coup,  vu le temps qu’il fait ce week-end (neige et vents d’est), j’en ai profité pour faire un peu de rangement dans mon matos.

Description du sac :
Le matériel se compose d’un rangement central (6) contenant 4 grandes boites transparentes (1) à compartiments amovibles.

Sur l’avant on trouve deux pochettes (4 et  5). Dans la première on a un rangement pour leurres durs (3) et deux tubes(2) pour les leurres plus imposants. Dans la deuxième des pochettes pour mettre les  leurres souples.
On trouve aux deux extrémités (7 et 8), des rangements pour l’outillage, appareil photo, …
On trouve en face arrière (9) une grande pochette étanche pratique pour les papiers, les gants, …


Je suis agréablement surpris de voir le nombre de choses qui rentre dans ce sac. Le fait de changer de sac et de passer à un sac professionnel, m’a permis de faire du ménage mais surtout de l’organiser de façon pragmatique et ergonomique.

Il me tarde maintenant de retourner sur l’eau et de tester cet équipement en condition réel. 

Le mois de février aura été plutôt maussade. Quand le temps était beau, on avait du vent et quand il n’y avait pas de vent les températures étaient trop froides. J’espère qu’on pourra bientôt retourner en mer.

mercredi 13 février 2013

Un jour de grande marée !

Aujourd’hui les coefficients sont propices à la pêche à pied. Le temps est magnifique, grand soleil, pas de vent, température un peu froide.

J’appelle mon père en fin de matinée et le départ est donné pour 12h30. Le coefficient de 106 s’annonce prometteur.

La mise à l’eau du bateau me rappelle très vite que l’eau s’est rafraîchie (8 degrés à la sonde température du combiné sondeur GPS Humminbird).

Lors de la remontée du Trieux au ralenti, nous pouvons apercevoir de nombreuses espèces d’oiseaux et notamment un magnifique héron cendré.

Arrivée sur zone, une île de l’archipel de Bréhat, nous ne sommes pas les seuls à avoir eu l’idée d’aller à la pêche à pied.
pêche à pied, praires, palourdes
Une idée du terrain de jeux
nous préparons notre matériel. Un panier en inox et râteau pour mon père,  un panier en osier un peu lourd mais indestructible et un râteau fouine pour moi. Nous nous séparons et rejoignons chacun notre zone de prédilection. Mon père, qui n’a plus sa mobilité d’antan, préfère les étendus de sable. J’affectionne quant à moi de couvrir du terrain et de pêcher dans les zones plus encombrées.

Lors de cette marée nous avons fait une quarantaine de praires de plus de 4,3 cm (taille réglementaire sur notre zone de pêche). De nombreuses prises ont été relâchées (plus de 100).

Je suis agréablement surpris de voir que la ressource au fil des années se maintient. De plus en plus de pêcheurs sont respectueux des tailles. Il est vrai que le nombre des prises diminue d’année en année mais nous sommes de plus en plus nombreux à partager cette ressource. Il y a trente ans il m’arrivait de pêcher plusieurs centaines de praires mais j’étais le seul à pêcher.

La technique utilisée depuis mon plus jeune âge que je tiens de mon père, consiste à appuyer fortement le sol avec mes pieds et de temps  en temps un petit jet vient signaler la présence du coquillage espéré.

 La réussite de cette technique est de focaliser son regard sur un mètre carré devant ses pieds et être extrêmement attentif à tout ce qui bouge dans ce périmètre.

La praire n’émettra qu’un seul jet d’eau donc "pas vu pas prit !!!"

Comment ça marche me direz-vous ?

Le principe est simple lorsque la marée  descend la praire se ferme hermétiquement et garde un petit volume d’eau. Dès lors que l’on appuie fermement sur le sol, la pression exercée par le pied correspond à la pression de l’eau sur le sable. La praire relâche alors l’eau qu’elle a emmagasinée et trahit son emplacement.

 Je retiendrais simplement que j’ai partagé un moment extraordinaire avec mon père dans un site fabuleux. Tous les tracas de la vie quotidienne se sont évaporés le temps de cette marée et il en est de même dès que je suis sur l’eau.

mardi 5 février 2013

Allez, je me jette à l'eau !!

Je pêche à pied depuis plus de 40 ans à la recherche de coquillages et de crustacés.
Je découvre petit à petit, depuis maintenant un an, les joies de la pêche au lancer à bord d'un semi rigide Valiant 450.
Je peche essentiellement autours de Bréhat d'une part le site est magnifique et d'autre part un semi rigide de 4m50 m'oblige à rester près des côtes.
Je tenterais de vous faire partager ma passion de la pêche au travers de comptes rendus.
Bonne lecture

aux alentours de Bréhat, phare des heaux