Pages

Grauvell

Grauvell

mercredi 3 août 2016

Les bars du fiston

Le fiston et la pêcheuse de fiston débarquent dans les côtes d'Armor pour le week-end. Il n'en fallait pas plus pour organiser une sortie en mer. Je regarde la météo. Je prépare la stratégie à mettre en place. Finalement on fera toute la montante. Départ à 10h30 de la maison pour se rendre à la cale proche de la maison. Ce n'est pas la foule ce matin pourtant nous sommes fin juillet.
 
Je vais lui faire découvrir le spot ou j'ai fait mon dernier gros bar dans 1 mètre d'eau. Le fiston va piloter le bateau. C'est plutôt agréable de se faire conduire. Je reprends la barre pour entrer dans la passe. Je place le bateau pour attaquer la première dérive. En ce début de flot le courant n'est pas encore établi. Le vent d'ouest bien établi nous ramène inlassablement vers les cailloux. C'est difficile d'être discret dans ces conditions ou il faut replacer le bateau toutes les 3 minutes. Marie en profite pour peaufiner sa technique de lancer. Ce n'est pas facile de trouver le bon moment pour lâcher la tresse au moment du fouetter.
 
Après quelques dérives, le fiston a une attaque. Il ramène le leurre au bateau. Il reste une belle écaille de bar sur l'hameçon. Au vu de celle-ci, la bar devait être aux alentours des 60 à 70 cm. Du coup on insiste un peu mais plus rien. Du coup on va aller au petit large pour tenter de trouver les lieus jaunes.
 
C'est parti pour un quart d'heure de route. Arrivés sur zone, les conditions ne sont pas bonnes. Vent contre courant veut dire mer formée. On va essayer de pêcher dans ces conditions pendant plus d'une heure. Pas une attaque pendant tout ce laps de temps. Je vois Dam et Clem qui n'arrivent pas non plus à trouver les poissons hormis quelques petits lieus jaunes.
 
Je retourne à la côte pour une pêche tout en finesse. J'essaye de trouver un coin un peu protégé du vent. Je rentre dans un archipel d'ilots. Il faut être attentif pour naviguer dans ce dédale de cailloux. Le fiston est à l'avant du bateau en vigie. Je pose le bateau en observation. On va casser la croute. A peine on a commencé notre repas qu'on voit une chasse de sternes.
 
Le repas va attendre. Je me place à une portée de lancé de la zone de chasse. Après plusieurs lancés, pas un seul poisson ne s'est laissé tenter par nos leurres. Du coup, on fini notre casse-croute tranquillement. Le paysage est à couper le souffle. J'ai placé le bateau dans un lagon aux eaux bleues turquoise. Des pavés de granit qui avec le soleil prennent des couleurs roses orangées.

Visiblement le spot est prometteur mais pas moyen de piquer un poisson. Le vent a forci un peu. Après une heure à peigner la zone méticuleusement, je décide de retourner sur le premier spot.

Un peu de route dans ce champ de mines et nous voilà arrivé. Je place le bateau sur un champ de laminaires. On change de leurre. Le fiston met son leurre fétiche, un keitech 4 pouces  marron foncé avec une tête de 10 gr. Je reste fidèle au one up 4 pouces blanc avec une tête de 14 gr. Marie un xlayer aru avec tête de 10 gr.

Sur le premier lancé du fiston au moment où le leurre touche la surface, deux bars sont surpris et sautent hors de l'eau. les poissons sont bien présents. La motivation est à son paroxysme. Quelques lancés plus tard le fiston est attelé. La canne est bien cintrée. Je pense que ce n'est pas un pin's. La défense est lourde mais pas extraordinaire. Tout à coup, il commence à partir dans des rushs de folie. Un coup à gauche, un coup à droite, des coups de tête qui font cintrer le carbone. Sur une canne 5-15 gr, le bonheur est extrême. Le fiston a la banane jusqu'aux oreilles. Il me regarde de temps en temps et me dit tu as vu ce qu'il me met. Il fait bien attention de garder sa tresse toujours tendue. Le combat dure. Le poisson n'est pas décidé à se rendre. Marie a mis l'épuisette à l'eau. Après plusieurs minutes, le fiston parvient à l'envoyer dans l'épuisette. On le sort de l'eau. C'est un joli bar de 55 cm.

Bar de roche reconnaissable à sa robe foncée

Respect pour ce fabuleux poisson


Après les photos, il est temps de se replacer. Je préfère faire le grand tour afin de ne pas faire fuir les poissons. Je me replace à peu près sur la même dérive. Marie fait d'énormes progrès dans ses lancés. Il lui ai prêté la nouvelle canne, la Teklon royal 702.

Le flot recouvre maintenant un caillou ou le fiston vient de faire le premier bar. Il lance parfaitement le leurre afin de le laisser planer dans la veine de courant qui vient de se former. Une ou deux animations minimalistes et pendu !! un premier coup de tête plutôt mollasson. il commence à moulinet. Il pense avoir à un pin's mais comme tout à l'heure ça part fort. Il fait un rush d'une vingtaine de secondes. Il le laisse partir. La canne se plie mais ne rompt pas. Il s'arrête et remonte à la surface. Là on voit la caudale, c'est un gros pépère. Il récupère quelques secondes et c'est reparti de plus belle. Je remonte ma ligne pour profiter du spectacle. Il s'appuie sur le courant pour partir dans des rushs de folie. Le frein du moulinet est bien réglé. Je suis sur une zone dégagée, aucune crainte de casse sur un caillou. Il savoure chaque instant. Ca fait maintenant plus de cinq minutes et le poisson  commence à faiblir. Il rend les armes petit à petit. Arrivé au bateau il fait un dernier baroude d'honneur. Marie pose l'épuisette dans l'eau. Le fiston guide le poisson dedans.

C'est un superbe bar de 65 cm.

Que du bonheur !!

La joie est communicative

On insiste un peu sur le spot.

Toujours pas lassé du paysage !!


Le fiston fait une superbe vieille commune. Elle a même réussi à se caler sous un caillou. Un petit coup de moteur et elle arrive en surface. Après quelques dérives sans aucune touche, je me mets en mode prospection. Je sais maintenant que les bars chassent sur ce secteur. Je reviendrais une prochaine fois pour valider définitivement le point.

J'en profite pour aller prospecter les différents cailloux sans résultat. Je pense que les mois de septembre, octobre et novembre seront plus propices. Les bars sont arrivés à la côte mais pas en grand nombre. Cette année, ils sont arrivés tard et pas en grand nombre. Peut-être qu'ils sont restés au large pour se nourrir. Il faut dire qu'ils n'ont pas été dérangés par la pêche loisir. On fera le bilan en fin d'année :)

Conclusion :

Ca me fait toujours plaisir de pêcher avec les enfants. On peut ainsi partager des moments de pur bonheur. En plus au retour, on se refait la pêche. Le fiston apprend plus vite que moi. Il ressent la pêche. Marie fait d'énormes progrès pas toujours récompensés. La technique du lancé n'est pas facile et il faut se laisser du temps pour y arriver. En ce qui me concerne, je continue à m'améliorer. Cette pêche dans les ilots est bien différente de celle que je pratique au semi-large. Il va falloir que je trouve un parcours. Les bars ne restent pas longtemps sur les mêmes postes. De toute façon, c'est ce que je préfère dans la pêche. J'observe, je cherche, je mets en place une stratégie. J'écoute également les conseils que l'on peut me fournir.

Le fiston aura fait tous les poissons du jour.

Un petit coucou à Michel de Plélo et à son fils, des fidèles lecteurs du blog que j'ai eu le plaisir de rencontrer sur la cale à mon retour de mer. Leurs encouragements à continuer de publier m'ont fait plaisir.

Les leurres du jour :

Valentin d'Ac'scion pêche m'avait donné des leurres finesses pour la Sailtica Fishing. Vincent y a trouvé son leurre fétiche (on en a tous un). C'est le Keitech Shad Impact dans la couleur 440. J'aime bien les One up, les Xlayer et les Xingu. Je vais bientôt essayer Nitro Shad 90  et les Magic Eel en 12,5.