Pages

Grauvell

Grauvell

vendredi 29 mars 2013

La marée d’équinoxe

Me voici de nouveau sur les flots pour la marée. Départ à midi en direction d’une île de l’archipel de Bréhat. Je serais accompagné de mon épouse (Sylvie). Les conditions sont favorables (eau à 6°, air à 9°, pas de vent et grand soleil).


Au fur et à mesure que nous nous rapprochons de notre île  nous voyons un nombre incalculable de bateaux. C’est l’effet marée qui se propage tout au long du littoral Breton et plus particulièrement aux alentours de Bréhat.


Arrivé sur place nous commençons par un bon casse-croûte dont Sylvie a le secret et une part de riz au lait fabriqué par ses soins (une pure merveille).

Le matériel est prêt (copyright Le Corre)

Je décide de prospecter mes coins habituels. Je commence par faire des palourdes. Je change d’endroit et me concentre sur les praires. Les praires sont bien présentent mais elles sont de petites tailles. Je vois au loin Sylvie  qui s’emploie à parfaire sa technique. Il faut dire que c’est une débutante en la matière et que la marée est plutôt synonyme de ballade sur l’estran.


Au final, ce sera une cinquantaine de praires (Sylvie en fera une vingtaine) et une vingtaine de palourdes. Elles seront congelées et nous les dégusterons dès que la famille sera réunie.

Après l'effort le réconfort (copyright Le Corre)

Encore une journée exceptionnelle et je mesure tous les jours la chance que j’ai d’être dans cette si belle région. 

lundi 25 mars 2013

Steak


Départ samedi matin à l’aube (7h00, pas de vent, air à 0°, eau à 6°)  pour une partie de pêche au petit large sur mes coins habituels en compagnie du « Mousse » (Christophe).

Les lieux sont difficiles à localiser. Je prends un lieux de 51 cm. Je me déplace sur un autre point et le sondeur fait une belle détection. Christophe se fait atteler par un lieu qui lui prend au démarrage un paquet de tresses.  Après un joli combat, le verdict tombe, 70 cm un steak. Christophe a bien ressentit la puissance de ce poisson.
Qui a dit qu'il pleuvait tout le temps en Bretagne !!

Un pécheur professionnel met son filet. Nous décidons de changer de poste pour le laisser travailler en paix. Je décide de me mettre en mode prospection et je fais une jolie vieille de 2,5 kg.

Après l’étale nous revenons sur les postes du matin et nous sortirons 3 lieux (52, 54 et 60).

Pause casse-croûte en dérive, petit café et nous nous remettons en route sur un plateau que je n’ai pas encore exploré. Nous ferons 3 lieux (49, 51, 45). Tous les lieux en dessous de 50 cm repartent à l’eau grandir.

Fin de la partie de pêche à 15h30 avec 2 nouveaux points marqués au sondeur.

Pour expliquer le phénomène de marée bretonne, un dessin vaut mieux qu'un long discours

Marégramme du Goëlo


mercredi 20 mars 2013

Sortie mémorable


Je décide d’inviter un copain du fiston (Vincent dit « poké ») pour une partie de pêche au petit large. Nous partons à 8 heures pour profiter de la fin de la montante et début de la descendante. Le temps est de la partie pas de trop de vent (10 nœuds),  une houle longue (70 cm) et un grand soleil (eau et air à 6°).

Nous arrivons sur zone mais nous ne trouvons pas de poissons. Après quelques dérives, poké croche le fond et je fais marche arrière quand, tout à coup, la canne glisse entre ses mains et tombe à l’eau !!
Je crois que je vais me souvenir longtemps de cette mésaventure et de la tête qu’il a fait. ;)

La pêche continue, on change de poste. Poké prendra le premier lieu jaune (50 cm son premier en bateau). 

Sourire mitigé !!
Il s’en suivra 7 lieux jaunes (entre 50 et 57).

Mon premier de la journée

A l’étale, on change de poste et on fera un joli lieu de 65 cm.


Le sourire du pécheur

Fin de la session à 14 heure après avoir été trempé par une averse qui aura durée mois de 10 minutes.

La blague du jour : Il faut arrêter de couper la queue des maquereaux sinon on n'aura plus de morues.

mardi 12 mars 2013

Le lieu est bien présent !


J’invite un copain de longue date (Alain dit « l’autre ») à qui j’avais promis une sortie de pêche en mer.

lieu jaune, vieille commune
Le vainqueur !!

Nous partons vers 9 heures pour tenter de trouver du lieu. Encore une fois et malgré le coefficient de 73 nous allons nous rendre sur les plateaux du petit large. 

La météo est avec nous. Le ciel est bien dégagé et le soleil est bien présent. Les températures sont agréables malgré une petite brise de sud-ouest.

Arrivé sur zone, je tente une dérive sur un point que j’avais marqué la semaine dernière. Il faut se rendre à l’évidence le poisson a déserté l’endroit. Direction un autre point  où Alain se fait atteler par un lieu de 50 cm puis un autre de 52 cm et une veille commune.  Il mène 3-0. 

J’arrive à remonter  un lieu de 55 cm. Alain continue son festival avec un joli lieu de 65 cm ensuite je réplique par un lieu de 62 cm (score 4-2).

A l’étale nous décidons de nous restaurer. Le soleil nous irradie généreusement et rapidement nous tombons le blouson.

Nous passerons l’après-midi en mode exploration de postes.

Au final, encore une super journée de pêche qui nous a permis de toucher 11 poissons (8 lieux et 3 vieilles communes). Alain aura gardé son avantage et gagne la Battle 6 à 5.

J’étais tellement absorbé par la pêche que j’en ai oublié les photos. Il va falloir que je m’améliore !!

vendredi 8 mars 2013

Session Pollachius


 La fenêtre météo s’ouvre ce mercredi, pas trop de vent (18 km/h,  des températures qui commencent à devenir agréables (10°) et un coefficient de 47. J’appelle mon beau-frère qui est partant pour cette journée de pêche.

Le départ est donné à 10h30 direction la cale de Pors Even. Ce sera l’occasion de tester le bateau derrière le Scénic nouvellement acheté.
semi rigide, bateau, pêche en mer
La stratégie est mise en place dans la voiture, on va se diriger vers un plateau du petit large. J’avais repéré l’année dernière une roche prometteuse.

Après 20 minutes de route dans une mer un peu formée, nous arrivons sur le poste. Je place le bateau à l’aide du Gps Humminbird 597. Le sondeur affiche 25 m et le bateau dérive à 3 km/h. Au vu de ces données, je choisis de mettre des têtes plombées de 40 grammes sur les leurres souples. Les moulinets sont garnis en tresse 17 ‰ et 2 mètres de fuorocarbone en 30‰.

Je n’oublie pas de régler le frein du moulinet. J’ai eu une mésaventure au début janvier avec Christophe dit « le mousse » qui a cassé sur un joli lieu à cause d’un frein trop serré.

Jean-Loup (mon beau-frère) descend son leurre au fond et commence à l’animer en vertical. Il se fait atteler sur la première dérive par un poisson qui lui donne quelques coups de têteau démarrage.  J’attrape l’épuisette et nous mettons au sec un lieu de 50 cm de 1 kg. Deuxième dérive et je prends également un lieu de 55 cm de 1.5 kg.
pêche, pollachuis
1er poisson de la journée
A la troisième dérive, je suis de nouveau attelé par un poisson un peu plus lourd. Je remonte le poisson, c’est un joli lieu. Jean-Loup prend l’épuisette pour le mettre au sec quand tout à coup il a une grosse touche et a failli laisser échapper sa canne.

Nous enchainons  les prises tout au long de nos dérives avec parfois des doublés. Le courant faiblissant nos prises également.

Nous décidons de nous restaurer. Le casse-croute préparé par Sylvie mon épouse est comme à son habitude copieu et formidable.

Un bateau suceur de dérive arrive à nos côtés, nous décidons de changer de poste. Nous allons de poste en poste et bien que le sondeur détecte des bancs de lieux, ils ne mordent pas. J’arrive à prendre deux vieilles communes de plus de 2kg.

Nous retournons sur notre premier poste et malgré la renverse les lieux sont toujours présents.
Au final, 18 poissons remontés : 16 lieux (de 40 cm à 65 cm) et 2 grosses vieilles communes. Pas de Steaks (lieu de plus de 70 cm dans le jargon des pêchous) mais quelques-uns qui nous ont procurés des sacrés décharges d’adrénaline.
pollachuis, lieu jaune
Un pécheur heureux

Les lieux sont calés sur des lançons mais fait plus inhabituel également sur des sardines (une sardine régurgitée). Je ne savais pas que les sardines étaient présentes si près de nos côtes.