Pages

Grauvell

Grauvell

mardi 23 décembre 2014

La der de 2014

Départ samedi matin avec Christophe pour la dernière de l'année 2014. Le fond de l'air est frais, seulement 5° au thermomètre. L'eau n'est pas en reste avec 10°. Un bon vent d'ouest nous accompagnera tout au long de la journée mais il en faut plus pour nous faire renoncer.

Les chalutiers sont également de sortie. Ils vont rejoindre les gisements de coquilles saint Jacques.

Je me suis rapproché de la côte à l'abri des falaises. Je suis en mode prospection en espérant trouver un peu de poissons. En chemin, je croise de nombreux guillemots et à chaque fois j'arrête le bateau pour mettre les lignes à l'eau. Damien Février, guide de pêche sur Paimpol, m'avait conseillé de pêcher dès lors que je voyais des concentrations d'oiseaux. Je mets en pratique ces précieux conseils.

Les oiseaux sont calés sur des poissons fourrages. Je les dicerne bien sur le sondeur. En revanche les prédateurs ne sont pas la. Nous allons essayer méticuleusement toutes les patates du GPS.

Je vais faire mon premier lieu jaune (45 cm). Malheureusement je l'ai attrapé par le ventre. Je replace la dérive. nous faisons un doublé de lieu jaune (50  et 52 cm).

Le courant faibli. Nous en profitons pour faire la pause déjeuner. Un bon sandwich et un café bien chaud vont nous remettre d'aplomb.

L'après-midi, Christophe fera un joli calamar et une énorme vieille commune (55 cm pas loin de 4kg). De nombreuses attaques sur nos leurres sans pour autant pouvoir les ferrer.

Nous allons écourter notre partie pêche, la motivation n'étant plus la.

Conclusion : quelques poissons, un nouveau spot et un coin à l'abri du vent d'ouest. Les guillemots nous auront accompagné toute la journée.

En cette fin d'année les shad font la différence surtout ceux de petite taille.


vendredi 19 décembre 2014

trop de vent

Départ dimanche matin avec Christophe. Le vent de Sud-Ouest de force 4/5 n'a pas raison de nos ardeurs. On ne sent pas trop le vent à terre, on va essayer.

Nous partons à 10 h 00 pour faire la fin de la montante et le début de la descendante. Après avoir mis à l'eau à Pors Even, je me dirige vers les plateaux du petit large ou j'ai fait un steak hier

Les vents nous portent vers notre destination. Nous y arrivons sans encombre mais le vent continue à forcir. Je place la dérive. Le vent contrarie fortement notre dérive. On commence à pêcher. Il est difficile de pêcher en vertical, le vent et le courant étant perpendiculaire.

Christophe met un Magic Eel de chez Sakura avec une tête plombée de 80 gr. Je mets un Nitro Shad avec une tête plombée de 90 gr. Malgré le poids des têtes plombées, c'est très difficile de tenir le fond. Quand on y arrive la ligne est 50 mètres derrière le bateau.

Dans ces conditions, c'est un véritable exploit qu'a réussi Christophe en prenant le seul lieu jaune de la journée. Désolé pour la photo, mais j'étais en plein contre jour. Je crois bien que c'est le seul moment de la journée ou on a vu le soleil !!

pollachuis, bateau, semi rigide
Christophe son lieu et sa casquette magique Ac'Scion pêche
Je me rapproche de la côte pour pouvoir manger un peu à l'abri de ce vent glacial. 

Nous décidons d'écouter cette session de pêche pour rentrer au chaud à la maison.

Conclusion : Une journée un peu galère. Le vent de Sud-Ouest n'est pas propice à la pêche sur les plateaux du petit large. Toujours est il que ça fait plaisir de se retrouver sur l'eau en bonne compagnie.

L'année 2014 se termine et par la même, la saison du Bar. Elle reprendra au mois d'avril d'ici la j'irai traquer les lieus jaunes. 

Je vous souhaite à tous,
de bonnes fêtes de fin d'année.



mercredi 17 décembre 2014

Les steaks sont de retour !!

Départ samedi matin à 10 heures avec Jean-loup (mon beau frère) et Quentin (pêcheur et grand fan de Guingamp !!). Le bateau est mis à l'eau à Pors Even. Nous allons chercher les lieux sur les plateaux du semi large.

Le temps est plutôt de la partie. Les températures sont fraîches. Le vent de Nord-Ouest est calme. Bref, toutes les conditions pour passer une bonne journée.

Nous sommes un peu chahutés devant Bréhat. Le bateau est toutefois confortable. Arrivé sur zone, la mer est bien plate. Nous mettons nos lignes à l'eau. Jean Loup se place à l'arrière, Quentin devant et moi au milieu. 

C'est pas la casquette magique d'Ac'Scion pêche !! 

Quand on pêche à l'arrière du bateau, on peut garder un œil sur le sondeur.
C'est parti !

Visiblement Quentin est heureux !!
Le choix des leurres est difficile. Quentin met un magique Eel bleu vert de chez Sakura avec un tête plombée de 60 gr. Jean-Loup a pris un Nitro Shad vert de chez Illex avec une tête plombée de 80 gr. Pour ma part, je prends un Bôle Shad bleu de chez Illex et une tête plombée de 60 gr.

Je commence par un spot pas trop piégeux. Nous sommes sur un fond sableux avec quelques cailloux recouvert d'algues. Je privilégie ce type d'endroit lorsque j'amène des pêcheurs qui débutent.

Jean-Loup ouvre le bal avec un lieu jaune (50 cm). Puis in continue son festival avec un deuxième lieu jaune plus petit (45 cm).

Quentin et moi sommes en train de prendre une leçon.En plaisantant, je dis à Jean-Loup que nous nous réservons pour de plus gros poissons. L'ambiance est plutôt festive à bord.

J'anime le leurre au raz du fond avec une animation minimaliste.  Je le fais décoller de 50 à 60 cm au dessus du fond. Je sens, à la descente du leurre, une attaque. Je m'empresse de ferrer. Le poisson est bien combatif. Le frein chante. J'arrive tout de même à le brider.Je comprends tout de suite que ce n'est pas un lieu jaune. Au vu de la défense du poisson, Je pense tout de suite à un cabillaud. Bingo c'est un joli cabillaud de 60 cm.

Puis vient le tour de Quentin qui fait un lieu jaune (47 cm). Jean-loup fait une vieille commune de 55 cm (3 kg).

Les poissons n'étant très gros nous avons changé de spot. Nous pêchons sur des fonds rocheux. Nous y laisserons un bon nombre de leurres. Quentin de nouveau fait un lieu jaune (50 cm).

Le courant faibli et les touches également. Il est temps de se restaurer.

Technique : Comment bien positionner le bateau sur un point GPS.
Tout d'abord, je me repère au GPS. Je zoom afin d'être plus précis (échelle 100 m, parfois 50 m). Une fois arrivée, je place le bateau pas trop loin du point (environ 100 m). Je coupe le moteur. Je fais une première dérive à blanc.

Pêche, replacement bateau
première dérive 
Je replace la dérive le bateau en tenant compte de la première dérive. Pour repasser de façon optimale sur le point GPS. Je fais bien attention de ne pas passer, moteur en marche, sur le point bien sur.

Bateau, pêche au lieu
Replacement de la dérive pour passer sur le point enregistré.

Lorsque je fais un poisson, je note tout de suite le point GPS. Sur les combinés Humminbird, c'est très simple. j'appuie sur la touche Mark. Le combiné est un matériel de haute technologie. On  doit le maîtriser un temps soit peu. Il existe de nombreux tutoriels vidéo sur internet. Dès lors que les réglages sont optimisés, il m'arrive fréquemment d'annoncer "poissons" et dans la minute qui suit en prendre un.

Je change radicalement de zone. Sur la deuxième dérive, Quentin fait un lieu jaune (56 cm). J'insiste un peu sur ce point. Jean-Loup sortira un petit lieu jaune (40 cm).

Je change de nouveau de zone. J'ai décidé de prospecter un nouveau caillou 150 mètres plus loin. Je place la dérive pour voir. Jean-Loup et Quentin ont plusieurs attaques sans toutefois parvenir à ferrer les poissons. Je replace le bateau sur la même dérive. Jean-Loup et moi avons échangé nos cannes à pêche. Quentin me dit s'être fait titiller son leurre. C'est à mon tour de sentir une attaque. Je commence à remonter mon leurre à un rythme élevé quand ma ligne s'arrête nette. Le poisson s'est ferré automatiquement. Il tente de regagner le fond. Le moulinet chante. La canne amortie les rushs du poisson et la c'est la casse. Je suis dégoutté mais c'est ça la pêche. On ne gagne pas à tous les coups. Je jette un coup d’œil à la ligne. La tresse est complètement foutue. Elle est effilochée de partout. Je dis à Jean-Loup de penser à changer sa tresse.

Du coup de replace le bateau. J'en profite pour récupérer ma canne. Le bateau est idéalement placé sur la même dérive. Je surveille le sondeur et dès que j'arrive sur le point GPS je commence à remonter ma ligne. De nouveau, elle s'arrête nette. Le poisson est bien lourd. Sans aucune hésitation il s'agit d'un lieu jaune. Il est lourd. Il part dans un rush pour essayer de trouver un refuge dans les cailloux. Je le bride directement. Je commence à pomper (comme les shadocks). Il arrive en surface. C'est effectivement un beau lieu jaune de 72 cm. Un steak !!!


pêche en vertical, bateau, bretagne
Un steak (73 cm)
Ce sera le dernier poisson de la journée.  Je m'arrête à la chambre pour prendre un goûter et un café bien chaud.

Côtes d'Armor
Goûter à Bréhat (la chambre)
Arc en ciel
La légende dit que les poissons sont au pied de l'arc en ciel !!
Conclusion :  Tous les leurres ont pris. Un mention spéciale pour le Crazy Sand Eel grande taille vert clair. Les shads ont fait mieux que les slugs dans l'ensemble.

Quentin, qui va souvent à la pêche avec son père, à emmagasiné de l'expérience. Je crois qu'il a compris la technique que je pratique. Il est vraiment passionné que ce soit la pêche ou le foot.

Il faut vérifier son matériel avant de partir, n'est ce pas Jean-Loup ?

Je ne cesse de le répéter mais j'ai encore passé une excellente journée. De la convivialité, du partage autours d'une même passion.

mercredi 10 décembre 2014

Le premier bar de Coco !!

Départ samedi matin à deux bateaux (Christophe et moi). Les conditions ne sont pas au top. Le vent de Nord-Ouest va nous compliquer la tâche. Et que dire des températures qui se sont nettement refroidies (air à 6° et eau à 12°). L'été indien semble derrière nous. Nous basculons lentement dans l'hiver.

Nous partons sous un soleil radieux. La sortie du Trieux est tranquille, de même dans le Ferlas. Par contre en passant devant la Chambre à Bréhat, la mer est bien formée nous obligeant à faire demi tour.

semi rigide, bateau, pêche
Vitesse de croisière de 20 nœuds !!


Lodennañ en action



Les trois fantastiques !!
Mer plate à l'abri du vent de Nord Est
Nous sommes revenu à la côte bien à l'abri du vent et de la houle. Le vent n'a pas cessé de contrarier nos dérives. Mon père fait un petit lieu jaune mais il repart directement à l'eau. Coco, le fils de Christophe arrive à sortir son tout premier bar (44 cm). Je ne doute pas qu'il se rappellera de cet instant magique. Il n'avais pris jusqu’à présent que des seiches et des calamars. Alors un bar, bien nerveux, dans moins de 10 mètres, ça procure une petite poussée d'adrénaline !!.
premier labrax
Il pose déjà comme un pro.
Félicitation Coco !!!


Je me rappelle dans ma jeunesse, le premier bar que j'avais pris. J'étais avec mon cousin de 5 ans mon aîné. Je devais avoir l'age de Coco (peut être un ou deux ans de moins). C'est ce jour là que j'ai attrapé, sans le savoir, le virus de la pêche. Je me remémore parfaitement ce moment alors que 40 ans se sont écoulés. Ce moment ou la canne plie. On sait qu'on a un poisson au bout de la ligne. Te voila devenu un vrai apprenti pécheur.

Une petite pause casse croûte à l’île verte

Casse croute
L’apéro 

Trouver la différence !!


L'après midi sera plus difficile. Le vent commence a faiblir mais la houle nous contraint à rester au bord. Christophe décide tout de même de tenter l'aventure au petit large. Après avoir testé tous ces spots sans faire de poisson il se décide à rentrer.

Quant à nous on a pas fait mieux.

Conclusion : Journée compliquée avec du vent et de la houle. Je retiendrai que Coco a fait son premier bar. On s'est bien marré au moment du repas. Çà chambrait pas mal entre les deux bateaux.

La pêche permet de rassembler des passionnés de différentes générations. il y avais près de 70 ans d'écart entre le plus jeune pêcheur et le plus ancien.

Les leurres du jour : Le Crazy Sand Eel (Fiiish), Black minnow (Fiiish), Bôle Shad (Illex) avec des têtes plombées de 20 à 30 gr.

mardi 2 décembre 2014

La pêche des céphalopodes n'a plus de secret pour Juju !!

Dimanche départ à 10 h 00 avec Juju et JA de la cale de Pors Even. Juju va bientôt passer son permis bateau. Elle souhaitait s’entraîner à faire quelques manœuvres. J'ai mis les cannes dans le bateau pour finir par une petite session de pêche.

Le temps s'est dégradé et le beau soleil a fait place à un temps gris. Un vent de secteur Nord-Est fait levé la mer. Les conditions sont parfaites pour le Lodennañ. Tour à tour Juju et JA vont effectuer le pilotage (prise de cap, prise de coffre, maniement de la manette de gaz, ...). Après une petite heure de pilotage, nous nous rendons dans la baie de Paimpol pour rechercher les céphalopodes (calamars et seiches).  

Je mets ma ligne à l'eau, je descends le leurre. lors de ma première animation je fais un calamar. dans les secondes qui suivent Juju aura également un calamar, puis un deuxième. Je donne ma canne à JA qui lui aussi commence à sortir du calamar.

Justine a une technique imparable. Elle descend le leurre, prend contact avec le fond. Elle remonte sa ligne d'un mètre et fait une animation minimaliste, la houle faisant le reste. Elle nous a littéralement donnée un cours. Dommage, je n'avais pas de caméra.

Au final en moins d'une heure :  Juju 7 calamars et une grosse seiche, JA 3 calamars et moi 2 calamars. Vainqueur sans contestation possible JUJU !!! qui a dit que les femmes ne savent pas pêcher ?

Conclusion : une sortie dominicale écoutée par un vent froid. Maintenant que le rodage est fini, on a poussé le moteur Honda dans les tours. Une vitesse de pointe à 30 knts avec un trim bien relevé. Le bateau est très stable même à ces vitesses élevées. Pas de ventilation lors de virages serrés. Pour l'instant que du bonheur.

Encore un moment de partage en famille. Le bateau ne s'appelle pas Lodennañ pour rien  (mot breton voulant dire partage).

Cette pèche aux céphalopodes nécessité d'être au fond et de faire une animation minimaliste. Le ferrage soit être sec mais pas violent. Le fil doit toujours être en tension jusqu'au bateau. 

    

lundi 1 décembre 2014

Calamars à gogo !!!

J'avais prévu de longue date d'envoyer mon père pour une partie de pêche. Il aime bien pêcher les seiches et les maquereaux. Je profite de l'occasion pour emmener mon petit frère. Départ de la maison à 9 h 30  samedi matin sous une météo clémente. Un peu de vent de sud est, pas un nuage et un grand soleil promettent une bonne partie de pêche. Les températures sont tout de même un peu fraîches (air à 10°, eau à 13°). Nous allons rester dans la baie de Paimpol pour voir s'il reste quelques seiches.

Il ne faut que quelques minutes pour nous rendre  sur zone. Je prépare les bas de ligne et je distribue les cannes. Elles sont montées simplement. Un bas de ligne composé d'un plomb olive de 30 grammes puis un mètre de fluoro-carbone en  40 centièmes et pour finir une turlutte plombée à 3.5 gr. 

céphalopode, calamar, seiche, pêche
Un dessin vaut mieux qu'un long discours.
Valentin d'Ac'Scion pêche m'avait donné un petit fluo à mettre au dessus de mon leurre mais je l'ai oublié dans une poche à la maison. Il m'a également parlé d'une lampe à ultra violet pour activer rapidement la fluorescence du leurre. Je suis impatient de pouvoir en acheter une et la tester.

Les lignes sont à l'eau et nom père ne tarde pas à faire son premier calamar puis c'est à mon tour, Un doublé pour continuer.Les prises s’enchaînent sans qu'il n'y ait trop de temps mort. 

Concentration maximale,
 dans un confort total !!

En tee shirt fin novembre, avec le soleil dans les yeux. 
J'ai une technique imparable pour ne pas mettre d'encre dans le bateau. Tout d'abord j'ai un grand bidon étanche avec un couvercle qui se visse dessus. J’attrape toujours les calamars ou les seiches dans l'épuisette. Je la laisse dans l'eau. Je saisie délicatement le céphalopode puis mes doigts serrent la partie molle entre la tête et le corps de façon à l’empêcher de cracher de l'encre. Puis un transfert rapide entre l'épuisette et le bidon. En suivant ces indications pas ou très peu d'encre dans le bateau. En cas d'encre dans le bateau, je nettoie immédiatement avec un chiffon humide. 

Le courant faibli et nous nous mettons à l'abri du vent derrière Saint Riom pour la pause casse croûte dans un décor de rêve. 
Bretagne, côtes d'Armor, Goélo
Vu à gauche

Bretagne, Côtes d'Armor, Goélo, pêche
Vu à droite

L'ambiance est bon enfant sur le bateau. Mon père qui a fait la majorité des prises du matin nous chambre. On lui rétorque qu'on lui a laissé la politesse de l'age.

C'est reparti pour la deuxième mi temps. Je tente un autre poste. Sur la première dérive le père commence son festival enchaînant les prises les unes après les autres. On est juste bon à tenir l'épuisette !!

Dany finira fort cette session de pêche, en prenant cinq calamars d'affilé. Il est temps de revenir à la cale.

Conclusion : Nous avons passé une bonne journée tous les trois. Un rare moment de complicité entre nous. Le père va pouvoir se moquer de nous toute l'année. Pour quelqu'un qui ne voulait pas venir, il a passé une bonne journée.

Mon père trouve le bateau très sécurisant et très confortable. Au final, on aura fait 31 calamars et 3 seiches.