Pages

Grauvell

Grauvell

mardi 22 mai 2018

Nouveau record pour Juju


Le plus gros poisson de la journée


Je planifie une sortie avec ma fille et Tom son ami. C'est la première fois qu'il va à la pêche. On prend le chien de Juju avec nous. C'est la première fois que j'emmène un chien à bord. C'est une première pour lui également. Tout c'est super bien passé. C'est un chien adorable et sympa.

Christophe, nous rejoindra sur l'eau avec son bateau. Je prépare tout le matériel.


Prêt à partir
 
La mise à l'eau est vite réalisée. Il faut dire que le dimanche la cale est plutôt tranquille. On peut même garer la voiture facilement. Christophe a déjà mis son bateau à l'eau. On va partir en convoi.
 

 
 
Je me rends sur un spot de pêche. Je n'ai pas exploré cette année. Je creuse dans ma mémoire pour essayer de trouver la manière de l'aborder. La première dérive sert surtout à voir la direction du courant. Je monte les leurres à Juju et Tom. Le chien se positionne à l'avant du bateau et commence à faire une sieste.
 
Je donne à Juju et Tom des Fire Eel jaune fluo et marron clair. Je prends un jig Sanagi de chez Powerline. Je me replace, tout en donnant quelques conseils à Tom. C'est parti les leurres sont à l'eau. Il est bien attentif. D'ailleurs,  il ne met pas longtemps à comprendre. Le plus dur, pour lui est de savoir s'il est bien au fond.
 
Astuce : Le leurre souple met environ une seconde pour descendre d'un mètre. Il suffit donc de compter dans sa tête. Je trouve que cela ne suffit pas. Alors je mets mon doigt au ras de la bobine. La tresse est juste un peu freinée. Lorsque le leurre touche le fond la tresse se stoppe. Je ferme le pick-up. Je soulève ma canne pour ne pas rester croché au fond. Ensuite je contrôle la descente en gardant la tresse tendue jusqu'à ce que je ressente un toc. Je vous l'accorde dès que le courant est fort c'est beaucoup plus dur. Il faut s'entrainer sur un fond de sable. C'est moins risqué.
 
les dérives s'enchainent sans faire le moindre poisson. Finalement, les pissons ont déserté cet endroit
 
Je vais aller sur d'autres points. Après quelques dérives, je vois Christophe avec la canne bien cintrée. C'est une magnifique vieille commune. Elle aborde de belles couleurs rouilles.
 
Le mousse transformé en Capitaine
 
Sur la dérive suivante, il fait de nouveau une magnifique vieille. Je vais peut-être lui changer son surnom de mousse pour le roi de la Couguar Bretonne.

les autres dérives ne donnent rien. La matinée a passé bien vite. Je propose à tout le monde de s'arrêter manger. Juju me rappelle qu'elle pêche mieux le ventre plein !!

On amarre les bateaux et on se laisse dériver tranquillement.

Pause déjeuné sur une mer d'huile


J'en profite pour refaire les nœuds


Bon le bilan de cette matinée est plutôt médiocre. En plus, j'ai un peu la pression. Je souhaite que Tom puisse prendre un poisson pour sa première sortie de pêche en mer. Je définis une nouvelle stratégie avec Christophe. On tombe d'accord sur le spot. Il ne faut pas se rater. C'est parti pour 20 minutes de navigation. Comme on peut le voir sur les photos, nous allons affronter une mer ....... d'huile.

Les leurres sont à l'eau, principalement du Fire Eel. Juju en jaune fluo, Tom en bleu et jaune (allez  ASM Clermont, c'est un clin d'œil à Alexis). Je prends un rouge et noir (allez Toulouse). Christophe un bleu.

Sur la deuxième dérive, je sens un toc. Je commence l'ascenseur. Je ressens de nouveau un toc, au troisième toc, je ferre. Pendu !!! Je prends la canne à Tom et je le laisse remonter le poisson. Après quelques tours de manivelle, il laisse un peu de mou dans la tresse. Le poisson arrive à se décrocher. Je sais que maintenant il ne fera pas la même erreur. Pendant ce temps, Christophe fait son premier lieu jaune. Tom m'indique qu'il souhaite prendre un poisson par lui même, du début à la fin.

Je me replace mais je foire mon replacement. On laisse la dérive se terminer pour mieux se replacer. Je m'applique tout en prenant mon temps. Je suis sur les bons rails. Les leurres sont au fond. Je sens une petite tape mais le poisson ne suit pas mon ascenseur. Tom commence le sien et bing pendu. Il est content, c'est son premier poisson. Au vu du rush qu'il lui a mis, je lui annonce un gros lieu jaune. La moitié de la canne est dans l'eau. Il me regarde les yeux interrogatifs. Et là, je fais comment. Je peux ressentir cette poussée d'adrénaline qui l'envahit. Après quelques conseils, il arrive à faire baisser la pression. Il se concentre pour ne pas faire la même erreur que précédemment. Après quelques gros rushs bien amortis par la canne et le moulinet, il le remonte tranquillement. Juju voit le poisson bien avant nous grâce à ses lunettes de soleil polarisantes. Il perce la surface. Il le dirige vers l'épuisette comme un pêcheur confirmé. Il est au sec. Je le mesure. Il fait 74 cm pour plus de 4 Kg. Et dire que c'est son premier poisson. Il va avoir du mal à faire mieux la prochaine fois, enfin qui sait !!!

Cette photo résume son bonheur

Avec les bras tendu, il pose comme un pro :)

C'est l'euphorie dans le bateau. Celui-là, il lui a bien fait mal aux bras. Je suis certain qu'il n'oubliera pas cet instant, tout comme je me souviens parfaitement de mon premier poisson fait il y a plus 45 ans. Pourtant, il n'était pas aussi gros que celui-ci.

Je propose à l'équipage de remonter la dérive. Les dérives suivantes ne donnent rien. Christophe fait un autre lieu jaune. Je change de spot.

Je cale ma dérive et c'est parti. Le courant nous amène tranquillement sur le point noté sur le GPS. On s'approche du caillou. Le fond commence à remonter. Juju commence à faire l'ascenseur quand tout à coup la canne plie en deux. Le moulinet se fait bien entendre avec un premier départ de folie. Juju est assise à l'avant du bateau et la position semble inconfortable. Je sens bien qu'elle hésite à se mettre debout de peur de perdre le poisson dans la manœuvre. Alors elle continue à moulinet sans s'arrêter même lorsque le poisson prend de la tresse. Heureusement qu'elle est sportive et qu'elle a de la force dans les bras. D'ailleurs, ils commencent à chauffer mais c'est une battante. Le combat dure. Elle récupère la tresse mètre après mètre. Je commence à voir la silhouette du poisson sous le bateau. Nous l'encourageons pour le dernier sprint final. Je le mets à l'épuisette. Whaoouu, je pense que c'est son nouveau record. On le mesure c'est un beau lieu jaune de 76 cm. Juju, tu es une championne !!!!


Le sourire jusqu'aux oreilles. Le chien en ferait bien son casse-croute

On est dans le "money time" et je n'ai pas fais de lieu jaune. Je m'applique. Les animations doivent être minimalistes. Je gratte le fond à un mètre au-dessus du fond pour ne pas accrocher. Je sens une petite tape. Je commence l'ascenseur. Au bout de trois ou quatre tours de manivelle, une nouvelle tape. Je continue toujours à la même vitesse et c'est pendu. J'assure le ferrage en levant brusquement ma canne. Il part dans un gros rush pour regagner le fond. L'adrénaline monte. je commence à le ramener mais je sens que c'est un beau poisson mais pas aussi gros que celui de Juju. Il s'épuise assez rapidement et je le remonte pas trop vite. Je parviens à le ramener à la surface. Tom est à l'épuisette. Il est rapidement mis au sec. C'est un lieu jaune de 67 cm.

Lieu jaune de 67 cm, portant des marques bizarres sur le corps.

La journée est bien entamée. Je décide donc de rentrer.

Conclusion :

La matinée n'a pas été facile mais on sauve la session l'après-midi.

Quel plaisir de partager ma passion avec ma fille et son copain. J'adore ces moments où la famille est réunie. Juju a claqué son nouveau record sur le lieu jaune. Tom place la barre déjà haute pour son premier poisson. Je pense qu'il s'en souviendra longtemps. Ils se sont chambrés ces deux-là sur le chemin du retour.

Le chien a été adorable. Il a vite trouvé sa place sur le bateau sans jamais nous déranger. A l'avant le museau face au vent lorsqu'on faisait route et couché sur la trappe de mouillage à l'arrêt. Je te ramène quand tu veux.

Juju a pris un vrai plaisir avec ma canne Smith. D'une part elle est très légère et d'autre part elle est très raisonnante sous réserve que la tresse soit tendue bien sur.

La technique de pêche en vertical est très efficace pour les lieus jaunes.

Leurres utilisés :

Le Fire Eel de chez Delalande avec des têtes plombées de 60, 80 et 100 gr. Les coloris bleu et jaune, rose et marron.

Matériel Utilisé :

Canne :
      - Smith Dragonbait 72H                                    2,18 m              Puissance 7-40 g
       - Rod House 706 IM Blank North Fork           2,20 m              Puissance 10-40 g
       - Tecklon Royal 702  Grauvel                          2.10 m              Puissance 8-30 gr
Moulinet ;
      - Shimano Stradic 4000 Ci4 FBXG
      - 2 Shimano Exage 4000
Tresse : Power Pro 9 kg rouge
Bateau : 3D Tender 550 Patrol
Combiné : Lowrance ELITE 9 TI

mardi 15 mai 2018

Sortie prospection avec le Fiston : Jig contre Souple

Le plus gros de la journée

Toute la petite famille est réunie pour une petite semaine. Il manque juste Cancan qui est partie au défi des ports de pêche défendre les couleurs du Lycée Maritime de Paimpol au Grau du Roi.

Je profite pour faire une sortie avec le fiston. Je vais changer de plateau pour trouver je l'espère des nouveaux spots. On va donc profiter de cette météo extraordinaire pour prospecter. J'affectionne tout particulièrement ces journées sans vent pour tenter de trouver le spot !! Les coefficients de marée sont très bas, les temps de prospection seront donc plus longs. A mi- marée, on peut voir nettement les veines d'eau. On devine facilement le relief tumultueux. On découvre des cailloux qui ne sont pas marqués sur les cartes. C'est un temps d'observation privilégié.

Je m'éloigne pas trop de la côte. Rapidement on trouve une belle veine d'eau. On voit nettement que le courant s'accélère sur les deux côtés du caillou. J'aime beaucoup et cela ressemble pas mal à un autre spot qui abrite des lieux jaunes.  J'arrête le bateau. Le fiston va mettre son leurre fétiche, le Magic Eel de chez Sakura tête 50 gr. Pour ma part je mets un jig un Slash Beat de chez Megabass en 60 gr.

Je scrute le sondeur pour voir si les poissons sont là. Le fiston a branché son téléphone en wifi sur le Combiné. Ca lui permet d'avoir sur son téléphone portable la même vue que moi.

Sur la troisième ou quatrième dérive, je parviens à faire un petit lieu jaune de 54 cm. J'ai mis la casquette magique que j'ai gagnée lors de la selective Barracuda tour. Merci Yann et toute l'équipe de Cras Nautique, elle est validée.





Je me replace. J'ai vu sur le sondeur qu'ils étaient sur le haut de la tête de roche, posté en attendant la nourriture. Sur la dérive suivante je remets le couvert. Ce coup-ci, il est un peu plus gros 65 cm. Dans un peu plus de 20 mètres d'eau, c'est un poisson bien combatif, partant dans des rushs tout au long de la remontée. Même en surface, il a repris de la tresse.


Lieu jaune.

Le Jig, c'est fantastique. Merci à Gildas S, Valentin, Alexis et Jérémy pour m'avoir fait voir comment animer ce morceau de ferraille.

Maintenant que le point est validé, je pars explorer d'autre veine de courant. Je retrouve un peu les mêmes conditions 200 mètres plus loin. Je regarde les résurgences pour placer le bateau au mieux. Le courant ne me porte pas dans la bonne direction. On passe pile au-dessus du caillou. Je croche mais j'arrive à sauver le leurre.
 
Astuce : lorsque le leurre croche le reflexe et de tirer comme un malade pou le faire décrocher. En fait, il faut ouvrir le pick-up attendre une demi-seconde et le fermer puis donner quelques à-coups pas trop appuyés pour qu'il se décroche. Cela dit, ça ne marche pas à chaque fois.

Je me replace en ajustant ma dérive. J'anime toujours mon jig en le faisant voler au ras du fond. Je viens chercher le fond. Je remonte de 30 à 40 cm. Je fais de grandes tirées puis je le remonte de 5 à 6 mètres. Je fais une pause.  Je le laisse descendre et ainsi de suite. Attention la touche se produit souvent lors de la descente du leurre lorsqu'il plane.

D'ailleurs mon leurre se fait stopper avant d'être arrivé au fond, ferrage et poisson. Je sens bien que le poisson est tout petit. Je le remonte tout doucement pour qu'il puisse repartir en pleine forme. Je ne fais pas de photos. Plus vite il est remis à l'eau plus il a de chance de repartir.

Je refais un autre lieu jaune du même calibre (environ 45 cm reparti grandir) . Ils sont de petite taille. Du coup, on repart prospecter.

C'est l'heure de l'étale. Ce matin j'ai fais le break. Le fiston 0 - 5 pour moi. Pour une fois qu'il ne met la misère !! Mais attention la journée n'est pas finie.

On sort le casse-croûte. Il va falloir faire attention le fiston n'est jamais aussi bon qu'après avoir mangé.

On se laisse dériver tout doucement en attendant que la marée tourne. J'étudie la carte pour mettre en place la stratégie de l'après-midi.

Je tente un caillou marqué sur la carte mais après une dizaine de dérives, le fiston fait une très grosse vieille. Ma fille Juju  la fera le soir en carpaccio, une tuerie.

Le soleil tape fort et je tombe la veste. Je regrette de ne pas avoir pris un short et des claquettes. Je me déplace un peu sur un point que j'avais noté à la maison en étudiant les cartes marines. Je place le bateau. Il n'y a qu'une étendue de sable, pas un seul caillou à l'horizon. Du coup je cherche le caillou. après quelques passages je fini par le trouver. C'est dans ce cas que le side est important. Je me replace pour passer au raz du caillou. Je ne vois pas de détections sur le sondeur. Je continue à faire l'ascenseur et j'ai une petite tape. Je ferre mais rien. Le fiston anime son leurre au fond et tout à coup il s'exclame "Poisson". Il commence à le remonter. La canne se cintre d'un coup et le moulinet commence à chanter. Visiblement c'est un beau poisson. Lui qui n'avait rien fait de la matinée, îl commence fort. La canne encaisse bien les puissants coups de tête du poisson. Il lui fait un joli combat, sans jamais rendre les armes comme c'est souvent le cas avec les lieus jaunes. Il faut dire que dans 20 mètres d'eau, ça envoie du lourd comme on dit. Je commence à voir la robe dorée du lieu jaune sous le bateau. J'ai l'épuisette à la main. Le fiston guide le poisson vers celle-ci. Je le mets au sec. Il fait 70 cm. Lunker pour le fiston.

Lunker

Sous un autre angle
 Le point est bien marqué. je vais remonter la dérive assez loin du point pour ne pas effrayer les poissons. Le bateau file doucement. Je continue avec le jig mes animations saccadées. Le fiston est plutôt à gratter avec son Magic Eel. Le point se rapproche et je commence l'ascenseur. Après une dizaine de tour je fais un stop de 3 à 4 secondes et je retourne au fond. Le fiston commence son ascenseur. Il a une tape, puis une autre et ferrage mais manqué. Je l'entends maugréer. Il laisse son leurre sans aucune animation puis la canne se plie en deux. Il retrouve le sourire direct. La canne une IM 706 de chez Rodhouse  fait bien le boulot. Je remonte ma ligne pour prendre l'épuisette.  Il arrive en surface. C'est un beau lieu jaune de 65 cm.

La classe le fiston
Le point est largement validé. Je pense même que c'est un hot spot. Je me replace. Je change de Jig pour en mettre un plus léger. Le bateau file vers le point. Je reste sur une animation minimaliste du coup. Je viens toucher le fond. Je remonte de 50 cm. Je fais de petites tirées en laissant le jig plané à la descente.  Je fais une longue pause sans bouger. Au même moment, le fiston et moi sommes attelés. on peut entendre les freins de nos moulinets en stéréo. Maintenant, il va falloir gérer la remontée des poissons et l'épuisette. En tout cas ça bagarre bien. Je remonte mon poisson en premier. Je gère l'épuisette dans ma main gauche et la canne dans la main droite. La manœuvre s'effectue à merveille. Le poisson est au sec. Le poisson du fiston arrive également dans l'épuisette. C'est le premier doublé de la journée. Que du bonheur. 60 pour le fiston et 65 en ce qui me concerne.

Self fish comme dirai Juju

Sur les deux dérives suivantes c'est le fiston qui fait les poissons, un de 52 cm (reparti grandir un peu) et un de 65 cm. Je vais maintenant laisser ce spot au repos pendant quelque temps. Je reviendrai l'année prochaine à la même saison pour y trouver, je l'espère quelques beaux lieus jaunes. C'est une zone où je ne vois pas beaucoup de bateaux. Je vais maintenant étudier les cartes marines pour essayer de trouver un coin qui y ressemble.

Lieu jaune de 52 cm avant sa remise à l'eau



Lieu jaune de 65 cm

Conclusion :

Une météo géniale avec un soleil bien chaud par moments, pas un souffle de vent nous a permis de bien observer les veines de courant, les résurgences et les oiseaux. On a vu des fous de bassan toute la journée passer au-dessus de nous. On a observé également un vol de cormorans d'une centaine d'individus, des guillemots de trôle pouvant plonger à plus de 150 mètres.

Une belle journée de prospection avec le fiston. J'adore ces journées à traquer les poissons et observer la nature dans sa version sauvage. J'ai également réussi à marquer plusieurs nouveaux points sur mon électronique.

Bien que le fiston ne pêche pas souvent, il a le sens de la pêche. De toute façon pas de planche à voile ni de kite et encore moins du surf avec cette météo.

Comme on dit au foot, on a eu chacun notre mi-temps. Le matin les lieus jaunes étaient réceptifs au Jig et l'après-midi aux leurres souples. Je dirai match nul.

Leurres utilisés :

Magic Eel 220 couleur marron clair ou vert  de chez Sakura avec des têtes plombées de 50 gr
Slash Beat couleur bleu de chez Megabass en 60 gr
Metal Spot bleu de chez Flashmer en 40 gr

Matériel Utilisé :

Canne :
      - Smith Dragonbait 72H                                    2,18 m              Puissance 7-40 g
       - Rod House 706 IM Blank North Fork           2,20 m              Puissance 10-40 g
Moulinet ;
      - Shimano Stradic 4000 Ci4 FBXG
      - Shimano Exage 4000
Tresse : Power Pro 9 kg rouge
Bateau : 3D Tender 550 Patrol
Combiné : Lowrance ELITE 9 TI

Casquette magique : Suzuki offert par Cras Nautique Paimpol.