Pages

Grauvell

Grauvell

mercredi 28 octobre 2015

les tubes !!

Tous les indicateurs étaient au vert pour une sortie de pêche dominicale. Christophe et Juju m'accompagneront. Départ pour les plateaux du semi large après avoir mis à l'eau à la cale de Traou Vilin. C'est la foule aujourd'hui !!!


La journée s'annonce bien


Le sourire est de rigueur


c'est parti

Les conditions météo de ces derniers jours a laissé une houle longue sur les plateaux du semi large. Nous arrivons après une demi heure sur le spot.

Après plusieurs dérives infructueuses et aucune détections je décide de changer d'endroit. Le courant a bien faibli et le vent à bien forci. Christophe a une belle attaque et il ouvre le compteur avec une très grosse vieille commune. Elle avoisine les trois kilos. Ce poisson est très combatif surtout dans ces premiers rushs.

Juju et Christophe arriverons à faire quelques seiches au leurre souple. Je vous dis pas l'état des leurres !!

c'est l'heure de l'étale et le bateau dérive avec le vent. Les lignes ne sont plus sous le bateau. J'arrive tout de même à faire le premier lieu jaune de la journée (45 cm).

On s'arrête de pêcher pour prendre un café et un croissant.

C'est ça la passion de la pêche

Pour Juju, la pause c'est sacré !!
Le café nous a bien réchauffé. Rien de tel qu'une petite pause pour recharger les batteries de l'équipage.

Pas moyen de trouver des poissons actifs ce matin. La renverse va être terrible. Le vent est contraire au courant. L'effet est très rapide, la mer se forme, elle moutonne. C'est décidé on va retourner à la côte pour tenter de prendre des tentacules.

Je prends les vagues de travers et les passagers sont un peu mouillés. Rien de bien méchant, juste de quoi les réveiller un peu !!

Phare de l'Hospic
On change les leurres souples  et on met des turluttes. C'est parti. Christophe et Juju ne tardent à faire les premières Seiches. Les prises s'enchainent et le bidon se rempli tout doucement.

Juju commence à accuser un petit coup de fatigue mais il est hors de question qu'elle arrête de pêcher. Qu'elle abnégation !!

la pêche c'est le pied !!

Il faut dire que les seiches sont énormes. Elles pèsent entre 600 gr et 1,5 kg pour les plus grosses. je fais le premier calamar de la journée.

Joli tube !!
 
On arrive même à faire des doublés.
 
 
 
 
Il est bientôt 16h00, le bidon est presque plein. En plus la demi finale de rugby (Australie-Argentine) débute à 17h00. Ce sera nos dernières dérives. Juju me demande alors de m'approcher de l'ile. A peine a t-elle mis son leurre à l'eau qu'elle fait une seiche. Puis c'est au tour de Christophe de faire un calamar. Mon leurre s'arrête net. Je pense être accroché au fond. Je commence à pester mais je sens des à-coups. Je remonte petit à petit. C'est lourd. Christophe se tient prêt. Il a l'épuisette en main. On voit apparaître un superbe calamar. Il bataille un peu lorsqu'il arrive en surface et voit le bateau.

Nouveau record
C'est l'heure de rentrer. On vide les seiches à la cale

J'aime les pêcher, j'aime les manger mais j'aime pas les vider !!!

Conclusion :

Encore un bon moment sur l'eau. La matinée ne nous aura pas permis de trouver les lieus jaunes. Qu'importe on est revenu à la côte. On s'est bien amusé à pêcher la seiche. C'est une pêche assez technique quoi qu'on en pense. Le Bichi bachi, technique venu du Japon, m'a fait prendre beaucoup plus de seiches que mes partenaires. Je ne suis pas encore un expert mais je comprends de mieux en mieux cette technique qui peut sembler bizarre.




dimanche 25 octobre 2015

Ac'Scion pêche

Une info qui pourrait intéresser les pêcheurs de la région de Paimpol. Le magasin Ac'Scion pêche situé à Lézardrieux fait une liquidation avant travaux. Nul doute qu'il y a de bonne affaire à faire !!


jusqu'à-50%!!

 à partir du lundi 26 Octobre 2015, liquidation avant travaux d'agrandissement!


 profitez de remise en magasin jusqu'à 50% jusqu'à épuisement du stock.

 voir les conditions en magasin.

 
 
 

mardi 20 octobre 2015

Sortie Céphalopodes

Le vent d'est est présent depuis plus de 3 semaines. Ce n'est pas facile d'aller pêcher dans ces conditions. Une chose est sur, les plateaux du semi large sont inaccessibles. Je propose à Christophe d'aller faire un tour aux seiches et calamars. Le rendez vous est pris pour 13h00, histoire d'aller trouver des tentacules.

On met à l'eau à Pors Even en direction d'un spot bien connu dans la région pour l'abondance des céphalopodes.
 
Le capitaine est sérieux !!!
Il faut une dizaine de minutes pour arriver sur le spot. La mer est hachée mais ça reste raisonnable. On sort les turluttes. C'est parti pour trois heures de pêche. J'utilise un montage comme indiqué dans cet artiche.

Christophe est le premier en action. Il fait le premier calamar de la journée. Puis dans la foulée une seiche. On insiste un peu sur le spot. Je fais trois seiches coup sur coup. Christophe égalise. S'en suit ensuite une longue traversé du désert.
 
On change de spot. Je vais faire un festival sur celui ci. Sur les quelques dérives j'arrive à en prendre 8 coup sur coup. Il faut dire que j'ai changé mon montage et mon animation. Tout d'abord le montage. Je me suis inspiré d'un copain de Bordeaux que j'avais emmené à la pêche  il y a maintenant deux ans. Il accroche le plomb et la turlutte directement sur l'agrafe.  Ensuite l'animation, je pratique de plus en plus le bichi bachi. Vous trouverez des vidéos sur internet. Cette animation nous vient tout droit du pays du soleil levant (le Japon). Ils sont souvent très en avance sur nous. Mon beau frère qui s'y est rendu en début d'année m'a dit que leur magasins de pêche ressemblent à nos supermarchés voir nos hypermarchés. En ce qui me concerne, je préfère aller Chez Valentin d'Ac Scion Pêche pour le conseil et la convivialité !!
 
On dirait pas mais la mer est démontée avec des creux de plus d'un mêtres
On change de nouveau de spot, à quelques encablures de la. Nous sommes rejoint pas un autre bateau. Ils pêchent le bar à la volée. Après quelques échanges amicaux pour savoir si la pêche est fructueuse, le jeune homme me dit qu'il suit mon blog assidument et il m'encourage à continuer. Sur le lancer qui suit notre conversation il parvient à prendre un Bar. Merci pour tes encouragement Nicolas. 

Spéciale dédicace à Nicolas !!

Je parviens à prendre encore trois seiches sur ce spot. Le soleil se cache et la température se rafraichi. On décide alors de rentrer. Faut pas être en retard pour voir le match de rugby France-Nouvelle Zélande.



Conclusion :

Pas beaucoup de céphalopodes mais que des gros spécimens. Le fait de changer de technique m'a fait prendre plus de seiches que Christophe. L'animation a également fait la différence en alternant des phases violentes avec des phases sans aucune animation.
 
On a tenté d'aller sur les plateaux du semi large. Avec des creux de deux mètres, on a renoncé. J'espère que ces vents d'est vont bientôt tourner à l'ouest et que l'on pourra aller taquiner les lieus jaunes et les bars. 
 
La casquette magique Ac scion pêche du capitaine a t-elle perdu de ses pouvoir.

jeudi 15 octobre 2015

Le calme après la tempête. Les lieus jaunes sont présents !!

Avec un peu de retard !!
Départ samedi matin à 9h00 en compagnie de JA et de Christophe. Météo France nous annonce une météo clémente pour la journée. Apparemment je ne suis pas le seul à consulter les prévisions météorologie, le parking est déjà complet. Les températures ne sont pas trop chaudes ce matin. Le blouson de mer et la polaire sont de rigueur.
 
Nous filons à 20 nœuds avec le 3D tender 550 Patrol sur une mer un peu formée. Il nous faut à peine une demi heure pour être sur le premier spot.
 
Christophe met un Crazy Sand Eel du 22 cm bleu avec une tête plombée de 60 gr, JA est au Nitro Bold Shad bleu tête plombée de 60 gr et pour ma part je suis au Nitro Sahd vert tête de 55 gr.
 
J'annonce la couleur ; "aujourd'hui, je vais le plus de poisson mais vous ferez les plus gros". Christophe et JA sont surpris et ils n'y prêtent pas attention. Ma technique de pêche est plus agressive que la leur. Il est sur que je vais décider plus de poissons. De plus je pêche le plus léger possible. Quant à eux ils sont plus près du fond tout en douceur. Ils vont surement en prendre peu mais des plus gros.
 
Sur la première dérive, je fais mon premier lieu jaune (50 cm). Pas bien gros mais il fait plaisir. Je pense à ce moment que ça va être la kermesse. Je replace la dérive mais plus rien. Après de nombreux passages toujours rien. Je ne comprends pas. Les lieus jaunes sont souvent groupés. Peut être que la pression de pêche fait qu'ils sont habitués à nos leurres.
 

Je décide de changer de point mais la aussi c'est le désert. Je me creuse les méninges et je commence à regarder mon GPS pour trouver un point. J'ai en mémoire une sortie faite avec le fiston et ses copains. Ni une ni deux, le courant a faiblit ce poste est maintenant plus facile à pêcher.
 
Je place la dérive mais le vent est plus fort que le courant. Je laisse le bateau dériver ainsi. J'ai mis un Crazy Sand Eel de chez Fiiish de petite taille avec une tête plombée de 30 gr. Je regarde le sondeur et je vois une belle remontée. J'attends un peu avant de faire la technique de l'ascenseur pour faire décider un lieu à venir me gober mon leurre. Je commence à mouliner pas trop vite. Je sens le poisson avaler le leurre et gros ferrage. Je dis à mes partenaires de faire également l'ascenseur. Christophe annonce poisson. Super c'est le premier doublé de la journée. JA est donc chargé de l'épuisette.

Premier doublé de la journée (65 et 49 cm)

Je replace la dérive. Lorsqu'on passe sur le point c'est Christophe qui est attelé par un beau poisson. La canne plie et le moulinet commence ce chant si mélodieux aux oreilles du pêcheur. Un joli combat s'en suit. Au bout de quelques minutes, je suis préposé à l'épuisette. Mission accomplie, il est au sec. Le verdict tombe, c'est un steak.

Premier steak de la journée

Je me déplace pour aller chercher, en début de flot, les bars. C'est un plateau sur lequel j'ai fait de nombreux bars en début de saison. Je veux vérifier que les bars reviennent sur ce poste en fin de saison.

Après avoir fait de nombreuses dérives, les bars ne sont pas revenus. On ne voit rien sur le sondeur non plus. De toute façon, il est temps de casser la croute. Je sors la glacière lorsque tout à coup Christophe m'annonce qu'il a oublié le pain sur le siège avant de sa voiture. Ca va être compliqué de manger le pâté et les rillettes sans pain. Heureusement qu'il y avait un peu de lard ! On s'en rappellera un moment de cette anecdote.

L'après midi va être consacré à rechercher les lieus jaunes. Je cherche un spot pas trop exposé aux courants. La marée descend, les spots ne seront pas les mêmes qu'a la montante.

Les conditions exposées ce dessus sont difficiles à trouver. Soit le courant est trop fort soit le fond est trop encombré. Malgré tout, je me rappelle que lors d'une sortie précédente, j'avais marqué un point intéressant. Je me dirige sur le point. La mer s'est bien calmée. Il reste juste une petite houle longue.

Sur la première dérive, je fais un steak de 71 cm. Pendant ce temps JA casse. J'ai oublié de faire la photo du poisson. Je donne la canne de papi Bernard à JA. Il monte un Nitro Bold Shad marron. C'est reparti pour une nouvelle dérive. A peine on passe sur le point que je vois la canne de JA pliée en deux. Il a la banane, il faut dire qu'il l'a attendu ce poisson. Je le mets dans l'épuisette. Le verdict tombe ; Encore un steak. Cette fois ci c'est le plus beau de la journée avec 75 cm sous la toise.

 
75 cm pour ce lieu jaune
 
 Sur la dérive suivante, il remet le couvert et fait un lieu jaune de 69 cm. Puis Christophe et moi faisons un doublé (67 pour Christophe et 63cm pour moi).  A bien y regarder le lieu jaune a une malformation qui a bien cicatrisé. Je ne saurai jamais ce qui a bien pu lui arrivé.

Christophe voit un banc de dauphins à trois cent mètres de notre position. On remonte le matériel de pêche et on s'approche discrètement d'eux. Ils sont par groupes de 4 à 5 individus. On en dénombre une cinquantaine. Christophe et JA ont sorti les Smartphones et filment à tout va. Christophe a fait une vidéo. Les commentaires sont en live.





L'équipage est fourbu par cette journée de mer. Il est temps de rentrer au bercail.

Conclusion : Ca fait du bien d'avoir une fenêtre météo potable. Les premières Bernaches sont arrivées. On a passé une heure parmi les dauphins. Un moment vraiment magique.

Le leurre du jour : Pas beaucoup de surprise mais le Nitro Bold Shad arrive en tête suivi de très près par le Crazy Sand Eel.

J'ai bien pris plus de poisson mais je n'ai pris les plus gros comme je l'avais annoncé. Pour prendre du poisson aujourd'hui, il fallait faire des animations lentes au plus près du fond. Les attaques se produisaient lorsque le leurre redescendait.

lundi 5 octobre 2015

Du vent, de la houle et peu de poisson

Samedi dernier malgré un vent assez violent et une grosse houle, Jean Michel m'avait invité ainsi que Christophe sur son bateau. Un Cap Camarat 650 avec un 150 ch quatre temps. Le rendez vous est pris au port à sec de Paimpol. Nous arrivons sur place à 8h30. Le bateau est sorti de son emplacement en un temps trois mouvements. Nous montons à bord du bateau. Le tracteur nous envoie sur l'eau directement.
 
La stratégie du jour est d'aller sur les plateaux du semi large pour trouver les bars ou les lieus jaunes. On pourra ainsi faire la fin de descendante et le début de la montante. Les conditions de mer sont plutôt mauvaises. Une houle courte de face se creusant au fur et à mesure qu'on s'éloigne de la côte.
 
Nous allons à 8 nœuds maxi pour ne pas briser l'équipage. Nous arrivons sur zone. Le courant est trop fort, Christophe nous propose un café et un croissant pour nous faire patienter. Je propose à Jean-Michel et à Christophe de leur monter quelques réglages sur le combiné Sondeur GPS. Il a un Humminbird 597 HD. L'avantage avec les Humminbird, c'est que l'interface utilisateur est la même sur tous les modèles. Après une petite demi heure d'explication et de formation en tout genre, il est temps de commencer à pêcher.
 
Sur la première dérive, je fais un petit lieu jaune (45 cm). La je me dis que ça va être une bonne session. Mais c'était sans compter sur la réalité de la pêche. Après plusieurs dérives infructueuses pas une seul touche. Aucune activité sur le sondeur. On va passer de poste en poste sans jamais trouver le poisson. La mer est toujours aussi mauvaise. Les dérives sont très difficiles. Le courant a faibli et le vent nous fait dériver dans le mauvais sens. Les lignes ne sont plus à la verticale du bateau. Christophe casse pas mal de matériel. Jean-Michel et moi cassons également un peu mais dans ces conditions on a réussi à limiter la casse.
 
Jean-Michel et Christophe réussissent à prendre des énormes seiches aux leurres souples. Je vous dis pas l'état des leurres !!
 
Le courant est presque nul, il est temps de casser la croute. J'imagine une nouvelle stratégie qui répondra à l'équation suivante ; Il faut trouver un poste avec du poisson qui ne soit pas trop accidenté avec un courant suffisant pour contrer l'effet du vent. Autant dire que ça va être dur.
 
J'indique à Jean-Michel les postes ou j'ai déjà trouvé des poissons et la manière de placer le bateau. Sur une dérive, j'arrive à prendre un joli lieu jaune de 72 cm qui m'a fait un joli combat. Ce sera tout pour la journée.
 
On abrège la partie de pêche en rentrant au port plus tôt que prévu.
 
Conclusion :
 
On peut résumer la journée ainsi. Une météo désastreuse avec beaucoup de vent et une houle courte. Pas facile de tirer son épingle du jeu dans ces conditions. Mes compagnons d'infortune n'auront pas réussi à prendre de poisson.
 
Une bonne journée tout de même avec trois passionnés de pêche. Je retiendrais que c'est difficile de trouver précisément les points sur le GPS lorsque les points ne sont pas marqués. On peut ainsi être à cinquante mètres du point et dans ce cas pas de poissons. Je ne rappellerai jamais assez que le placement de la dérive est primordiale. Ne pas oublier de marquer le poste des que l'on fait du poisson.

C'est un beau bateau avec beaucoup de place à bord. Il nous aura envoyé en toute sécurité sur les postes au semi large. En revanche il tape beaucoup et fort. Pour ma part, je préfère mon semi rigide.