Pages

lundi 5 décembre 2016

Les lieus jaunes des pieds gelés

Profitant d'une journée de congé, j'invite Jean-Mye un copain du fiston. Les prévision météo sont bonnes, hormis peut-être un détail le froid polaire sur la Bretagne. Je me lève de bonne heure pour préparer le bateau. À peine j'ai mis le nez dehors que je me rends compte qu'il va falloir s'habiller chaudement. Il fait -3 degrés. Ça faisait bien longtemps qu'on n'avait pas eu des températures aussi froides sur Paimpol. Dany mon petit frère va nous accompagner.
 
On part vers 10 heures sous un grand soleil. D'ailleurs, la température à bien augmenté, il fait maintenant 2 degrés. Le bateau est à l'eau et c'est parti pour rechercher les lieus jaunes sur les plateaux du semi-large. Finalement, il ne fait pas aussi froid que je l'aurai imaginé. 
 
Ce matin je suis en panne d'inspiration. Je vais aller faire de la prospection. Je cherche les têtes de roches un peu plus au large que d'habitude. c'est donc sur une mer d'huile qu'on part à 20 nœuds de moyenne. Le flot est avec nous.
 
J'arrive sur le plateau rocheux du semi-large et on se met en action de pêche. Pas de détection au sondeur mais j'insiste tout de même pendant plus d'une heure sans le moindre résultat. Pas une seule tape, on arrive juste à perdre quelques leurres. On fait une pause-café agrémenté de pains au chocolat (merci Jean-Mye). 
 
Je change radicalement d'endroit. Pour aller sur une zone de confort. Sur la troisième dérive je fais le premier poisson de la journée. C'est un petit lieu jaune. Il a au moins le mérite de remotiver l'équipage.
 
Lieu jaune de 49 cm
 
Je voudrais bien trouver un peu plus gros. On fait plusieurs autres spots mais on ne prend que des vieilles. Certes, c'est un poisson combatif mais on recherche les gros lieus jaunes.

Jean-Mye prend une belle vieille qui lui mit la misère sur son black minnows 160. A ces couguars !!!!

Leurre coupé net
 
 
C'est l'heure du casse-croûte.
 
C'est le moment de s'occuper de la stratégie. Que faire, ou aller, sachant qu'il ne reste plus beaucoup de temps. C'est à ce moment précis qu'il faut faire travailler ses méninges.
 
Je décide de continuer la prospection. J'ai repéré un caillou sur la carte non loin de notre position. C'est parti.
 
C'est bientôt l'heure de l'étale. Je positionne le bateau de manière à ne pas passer en plein milieu de la patate. À peine a-t-on mis les leurres à l'eau que j'ai déjà les premières tapes. Le nouveau spot a l'air prometteur. Deux ou trois fois je ferre dans le vide. La technique de l'ascenseur ne fonctionne pas. Je décide de faire une animation minimaliste 40 à 50 cm au-dessus du fond. Une petite tirée, je sens un toc et gros ferrage, pendu ... Gros combat avec la canne bien cintrée et le moulinet qui chante. Jean-mye est à l'épuisette. C'est un beau poisson.

lunker de la journée avec 71 cm

On fait la photo et je me replace tout en expliquant la manière de faire à mes deux coéquipiers. C'est au tour de Dany de faire un beau poisson. On voit sur la photo qu'il venait de se faire arracher un morceau de sa queueÇa ne devait pas être son jour.

Lieu jaune de 67 cm
On a trouvé le spot et la technique. Bien sûr j'ai noté le point sur mon GPS.

Je me replace. Bien qu'on ne voie aucune détection sur le sondeur, ils sont bien la. C'est au tour de Jean-Mye de faire son lieu jaune. Malheureusement, je n'ai pas pris la photo.

Sur la dérive suivante, je suis attelé de nouveau. Alors là, c'est du lourd. La canne est complètement dans l'eau. Le moulinet chante. Il est bien plus lourd et costaud que le précédent. Je serre un peu le frein du moulinet et ..... je casse. Je suis dégouté. J'ai fait une erreur de débutant. À vouloir pécher fin, tresse en 10 centièmes et fluoro de 30 centièmes, on finit par casser. J'ai tout de même pris un pied total pendant ce combat.

Les dérives suivantes ne donnent rien. C'est l'étale. Les poissons ne sont plus du tout actifs. Le soleil est bien bas dans le ciel. Le froid commence à se faire ressentir.  Le vent d'est forci un peu à la renverse. Je décide de me rapprocher de la côte. En chemin, je passe devant un spot qui m'a souvent souri. Je ne peux pas le pêcher plus d'une demi-heure. Et là, on est pile au bon moment.

Je m'applique à bien positionner le bateau. Jean-Mye a une attaque mais sans suite. Au même moment j'ai également une attaque. Je commence l'ascenseur. Après trois ou quatre tours de manivelle, j'ai une grosse tape. Je ferre immédiatement. Le poisson est bien accroché.

Lieu jaune 58 cm
 
 Le froid pique de plus en plus. J'abrège la partie de pêche et on rentre tranquillement à la cale.

J'ai acheté un tour de cou en microfibres de la marque Morf chez Ac'scion pêche. Je vous le recommande tout particulièrement pour lutter contre le froid. Du coup j'en ai pris un pour mon épouse qui fait du kayak. C'est bientôt Noël et ça peut faire un cadeau pratique et sympa.


 

Conclusion

C'est toujours un plaisir de se retrouver sur l'eau même par ses températures un peu fraiches. Quelques beaux poissons mais rien d'exceptionnel non plus. Un nouveau spot qui s'annonce prometteur.

J'ai encore mis à mal l'adage qui dit "Vent d'est rien ne pêche". Il est très difficile de se mettre à l'abri des vents d'est. Ceux-ci sont souvent accompagnés d'une houle qui empêche les marins de sortir. Pour ma part, je pêche très mal avec des vents de sud alors que d'autres les adore. Il n'y a pas de vérité mais chacun a sa vérité !!

Les leurres du jour

On a cassé toute la journée. Dans ces conditions, c'est difficile de donner un vainqueur. Le Bôle Shad 180 et le Magic Ell 160 sur des couleurs marron ont fait le boulot.

J'espère que l'on aura encore quelques créneaux météo avant la fin de l'année.