Pages

jeudi 16 avril 2015

Le lieu jaune n'a pas deserté les plateaux du semi large !

J'ai un peu de retard dans mes comptes rendus mais le temps me manque. Le beau temps y est sans doute pour beaucoup.

Départ samedi avec Jean-Loup mon beau frère pour une session au lieus jaunes sur les plateaux du semi large. Le vent est encore présent mais le 3D est paré pour affronter la houle et les vagues. Nous sommes partis un peu tôt. Le bateau est sur zone au moment de l'étale. La matinée se passera sans que l'on fasse le moindre poisson.

Nous allons manger à l'abri du vent comme souvent à la Chambre à Bréhat. J'attends que le courant ait repris pour reprendre la route vers mes plateaux favoris.


Un goéland s'invite sur le bateau
Je place le bateau et nous ne tarderons pas à trouver les poissons. J'ouvre le bal avec un lieu jaune de 55 cm. Puis c'est au tour de Jean-Loup de faire un lieu de 52 cm. Nous ferons 3 lieus jaunes de plus sur ce plateau (55,58 et 50 cm)

Nous changeons de poste pour essayer de trouver des poissons un peu plus gros. Le vent commence à mollir. Je m'aventure un peu plus au large sur des points que j'avais marqué précédemment.

Jean-Loup commence par faire un petit lieu. Dans la foulée je commence à remonter mon leurre avec la technique de l'ascenseur. Après deux tours de manivelle, grosse attaque. Il s'agit d'une très grosse vieille commune qui dépasse les 58 cm.

 J'insiste sur ce spot. Je fais deux lieus de plus (62 et 58 cm).

On rentre en milieu d'après midi.

Conclusion :

Nous avons perdu beaucoup de matériel en restant accrocher au fond. Du coup on a changer régulièrement de leurre. Tout y est passé, les Jigs, les Shads (nitro, bole shad), la lame vibrante, les slugs (crazy sand eel, majikeel), ... C'est ainsi quand le vent est contraire au courant dans une houle d'un mètre.

J'ai partagé ma passion de la pêche avec Jean-Loup. Je lui ai montré mes techniques de pêche qu'il a su tout de suite mettre en pratique.

Nous avons vu beaucoup de fous de bassan. Il reste quelques Bernaches. Nous avons croisé un phoque mort qui dérivait.