Pages

jeudi 9 avril 2015

A la recherche des lieus jaunes

Départ lundi en tout début d'après midi sur le bateau à Christophe (Comarmor). Après avoir regardé une dernière fois les différents sites météo (windguru, météofrance et surtout prévimer), les conditions devrait être favorables.

Le projet PREVIMER   fournit des observations et des prévisions côtières en Manche, Atlantique et Méditerranée :
  • courant,
  • températures, salinités,
  • hauteurs d'eau, surcotes,
  • vagues,
  • concentration en particules ou en plancton.
Ces informations sont produits jusqu'à des zones très localisées par des simulations numériques et validées à partir de mesures dans le milieu et images satellites.

Nous mettons comme d'habitude le bateau sur notre cale favorite. Le ciel est d'un bleu turquoise. Pas de nuage à l'horizon, nous voila paré pour passer une bonne journée en mer. Les températures sont encore un peu fraiche.



C'est parti pour les plateaux du semi large


Pas un nuage à l'horizon
La stratégie sera à la charge du Capitaine du jour, chacun son tour. Je vais pouvoir me faire guider toute la journée. La journée commence mal, le combiné ne veut pas s'allumer. Après avoir trifouillé dans le câblage sous la console, il est reparti comme en 14. Il va falloir revoir ce défaut au plus vite sous peine de rater la prochaine session de pêche !!
 
 Christophe nous amène sur le point d'hier. Il n'a pas le point précis mais qu'importe on finira bien par le retrouver. Sur la première dérive, je descends mon leurre (Nitro Bôle Shad bleu avec une tête plombée de 60 gr). Je prends contact avec le fond . Je commence par une animation très lente, venant faire taper mon leurre régulièrement au fond. Christophe m'indique que ca remonte. Je décide de rester au fond en faisant très attention à ne pas l'accrocher. Ca remonte très vite passant de 27 à 15 mètres. Je commence à faire l'ascenseur. Je sens une tape sur le leurre. Je continue à remonter tout doucement. Tout à coup la touche est violente,. Je ferre immédiatement et pendu !
Comme toujours avec les lieus jaunes, ils cherchent à regagner le fond. La sensation est phénoménale. La canne se plie en deux et le moulinet chante. A partir de ce moment précis et avec l'expérience, on peut savoir approximativement la taille du poisson. On devient vite accro. L'adrénaline fait son boulot. Elle accélère le rythme cardiaque, augmente la vitesse de contraction du cœur, dilate les bronches et les pupilles. Il s'en suit une période d'euphorie. Alors oui la pèche procure ce genre de sensations !!
 
Je remonte le poisson. Il continue à faire quelques rush mais de moins en moins violent. On le met dans l'épuisette.  Après l'avoir mis sur la toise il fait 67 cm. Il manque 3 cm pour qu'il soit dans la catégorie des steaks.

Superbe poisson !
 On replace la dérive. C'est au tour de Christophe de faire un joli poisson (60 cm). Le Crazy Sand Eel en taille n°2 vert avec sa tête de 30 gr a fait la différence. Il faut dire que le courant n'est pas trop fort. Le bateau faisant pratiquement du sur place, il est allé les chercher  autours du bateau. J'ai remarqué qu'a l'étale de marée haute ou basse, les lieus jaunes quittaient leurs postes habituels pour aller explorer le haut des plateaux rocheux. On peut ainsi avoir de bonnes surprises.

 
Le capitaine est visiblement heureux !

Le courant est presque nul. Christophe fera, comme à son habitude, une vieille de 45 cm. Il va ensuite me faire une démonstration en lancer ramener sur le haut d'un plateau rocheux. Il va prendre coup sur coup 2 lieus jaunes (55 et 53 cm).

Je finirai par prendre mon deuxième lieu jaune de la journée (55 cm).

Le capitaine commence à ressentir de la fatigue et son poignet le fait souffrir. Il est temps de rentrer et de passer un peu de temps en famille.

Conclusion :

J'avais peur que les conditions en mer soient catastrophiques. Il n'en était rien bien au contraire. Une journée géniale. Peu de vent, un grand soleil et cerise sur le gâteau, du poisson.

Le capitaine a été à la hauteur malgré ses doutes sur la stratégie adoptée. Il va bientôt pouvoir voler de ses propres ailes. Je pense qu'il a plus appris sur cette sortie que lorsque je le guide.