Pages

mercredi 4 janvier 2017

Les lieus jaunes de la fin d'année 2016

⥹Les conditions anticycloniques exceptionnelles vont me pousser à faire un tour sur l'eau en cette fin décembre 2016. Toutes les conditions sont réunies pour faire la dernière sortie de l'année. Ce coup-ci, c'est vraiment la der. La mer ressemble à un lac, le soleil est bien présent et pas un seul nuage. La seule ombre au tableau, ce sont ces températures bien fraiches le matin.
 
Je décide donc de ne pas partir trop tôt. J'appelle Vincent et Jean-Marie (Mye). On se donne rendez-vous à la maison. La stratégie est simple ; essayer de trouver les lieus jaunes sur les plateaux du semi-large.

C'est un plaisir de naviguer sur une mer aussi plate. J'arrive sur mon premier point. on fait quelques dérives. Nous avons quelques tapes mais les poissons ne mordent pas. Je constate tout de même un peu de vie sur le sondeur. Sur l'ascenseur les poissons suivent mais font demi-tour. Les leurres sont bien à la verticale du bateau et le sondeur me permet de bien suivre nos différentes lignes. Je reste toujours émerveillé avec cette technologie, même si j'ai un combiné d'entrée de gamme. Je n'ose même pas imaginer ce que j'aurai avec un sondeur dernier cri et une dalle plus importante 7 pouces, 9 pouces voir plus avec une sonde de bonne qualité.

Après quelques dérives sur ce point, je décide de me déplacer de 3 ou 400 mètres. Vincent commence à me charrier. Il est venu sur le secteur de Bréhat pour sortir un gros lieu jaune. Il faut dire que malgré ses prospections sur le secteur de Saint Quay Portrieux, il n'a pas encore réussi à prendre un gros lieu jaune. Il faut dire que les courants sont moins forts et la profondeur n'est pas aussi importante que sur nos spots.

Je lui annonce la couleur. Vincent tu vas faire le premier poisson et ce sera à mon tour, par contre Jean-Mye sera à l'épuisette. Je lui montre la surface de l'eau à quelques centaines de mètres du bateau où se forme un petit clapot. Je lui indique que c'est là que se situe le poisson . La dérive se poursuit tranquillement et on approche de l'endroit indiqué. Vincent a une première tape. Sur l'animation suivante, il annonce poisson. Il commence par prendre un gros rush. Il est aux anges. Je fais l'ascenseur et le leurre s'arrête net. Je suis attelé. C'est un doublé. Jean-Mye fait l'ascenseur pour le triplé mais il a juste une tape. Du coup, c'est à lui revient l'honneur de mettre dans les poissons dans l'épuisette. 64 cm pour Vincent et 58 cm pour moi. On voit bien sur la photo, les lieus jaunes ont été pris sûr la zone qui frisotte à l'arrière du bateau. Chercher les remous, vous trouverez peut-être les lieus jaunes.


Les premiers lieus jaunes de la journée

Après les congratulations d'usage, Vincent nous propose de prendre un café et un croissant. Après cet intermède plutôt sympathique, il est temps de remettre le bateau sur la bonne dérive. Vincent et Mye vont faire tour à tour une vieille commune chacun. Par contre plus de lieus jaunes sur les cailloux.

Je change de spot pour aller valider un point que j'ai trouvé depuis peu. Je profite pour m'arrêter prendre une photo de la Horaine. Cet endroit a été le lieu d'un dramatique accident en fin d'année 2016. J'aurai dorénavant, en passant devant cette baise, une pensée à tous ces marins professionnels qui vont braver les intempéries pour gagner leur vie.
 


La Horaine dans le nord-est de Bréhat
 Il fait tout de même faire attention aux cailloux qui sont assez nombreux autour de la Horaine. C'est parti pour un quart d'heure de navigation sur ce plan d'eau lisse. Que dire de ce soleil qui nous irradie sans le moindre nuage.

J'arrive à bon port. Je place le bateau sur la dérive. L'absence de vent me fait dérive à coté de mon point GPS. Jean-Mye a des touches mais rien de concret. Il fait l'ascenseur plusieurs fois d'affiler. Enfin, à la descente son leurre se fait arrêter net avant d'avoir touché le fond. Gros ferrage, c'est pendu. Et c'est parti pour un tour. La canne bien cintrée. Le moulinet  envoie du son.

Jean-Mye en pleine concentration
Après quelques rushs bien appuyés, le poisson arrive à la surface. Je suis à l'épuisette. Au moment où je la baisse le poisson fait un dernier piqué. Le fil s'est emmêlé dans l'épuisette et on a failli le perdre. J'arrive à le mettre au sec.

Steak pour Jean-Marie


C'est un beau lieu jaune de 72 cm, on peut le classer dans la catégorie des steaks.

Le sourire du pêcheur, heureux de sa prise.

Je suis content, chacun a fait un beau poisson. On refait quelques dérives sur ce spot mais on a bien quelques tapes mais les poissons décrochent rapidement. Ce doit être des petits lieus jaunes.

C'est l'étale de marée basse. On va arrêter de pêcher pour casser la croûte. Je n'ai pas vu la matinée passée. Du pain de la charcuterie et une bière feront notre bonheur. Et comme toujours on refait la partie de pêche du matin.

Je connais un spot de début de marée montante ou les poissons peuvent être de belle taille. En plus il n'est pas très loin. Le courant n'a pas encore complètement tourné. Les dérives ne me font pas passer au bon endroit. En revanche, le sondeur m'indique une grosse activité sous le bateau. Nous avons tous des tapes mais rien au bout de l'hameçon. Vincent va tout de même prendre un modeste lieu jaune de 40 cm.

Je replace la dérive et c'est au tour de Jean-Marie d'en faire un de 44 cm.

En fin de dérive, Vincent se fait atteler par un très gros poisson. La canne est pliée en deux. Il part dans un gros rush qui n'en finit pas. Au vu des coups de tête, c'est du lourd. Puis tout à coup, on entend comme un coup de fouet. Il vient de casser. Vincent est dépité. Mais que s'est-il passé? l'explication est simple. Vincent a mis son doigt sur la bobine. Grave erreur, le lieu jaune est un poisson très puissant surtout dans ses premiers rushs. Il faut le laisser s'épuiser. Bien sur cela ne s'applique pas lorsqu'on pêche sur les épaves, il vaut mieux prendre une tresse et un fluoro plus gros. En tout cas, il aura eu au bout du fil un gros poisson. Les sensations sont là et ce n'est que partie remise.

On refait la dérive. Le courant monte en intensité. Je ne vais pas pouvoir y rester trop longtemps. C'est de nouveau Vincent qui fait un poisson. Là encore c'est un gros poisson. Au même moment Jean-Marie fait aussi un poisson. Vincent a du mal à brider le poisson pendant que Jean-Marie annonce que c'est petit. Vincent a une minute d'inattention et le poisson décroche. Jean-Marie fait une toute petite vieille. Encore un joli poisson de décroché pour Vincent. Un peu de mou dans la ligne et ça ne pardonne pas. Je vous dis pas comment il s'est fait charrier le pauvre. Il a pris cher.

On voit au large la brume qui commence à tomber. Les températures baissent d'un coup. Je me dis qu'il est temps de revenir à la maison.

retour dans l'estuaire
Conclusion

Encore un moment de partage entre passionnés. De la bonne humeur, une météo fantastique, de beaux poissons même s'ils ont été difficiles à trouver, voila la définition d'une bonne partie de pêche.

 La température de l'eau ayant bien baissé, les beaux lieus jaunes arrivent à la côte.

Les leurres du jour

Vincent a parié sur les leurres de chez Fiiish (Black Minnow et Crazy), Jean-Marie et moi sur les leurres Sakura (Magic Eel). Je n'ai pas testé la pochette de leurre que j'ai gagné chez mon détaillant habituel (Ac'scion pêche).