Pages

jeudi 24 décembre 2015

La dernière de l'année 2015

J'organise une sortie avec Rémi un collège de boulot et Alexis le "big boss" de Tootaz. On se donne rendez vous à 10h30 à la maison. La stratégie est de faire la fin de descendante et le début de la montante à la recherche du lieu jaune. Le coefficient de 80 n'est pas très propice à cette pêche. Je préfère nettement les mortes eaux.

C'est parti direction dans un premier temps la cale puis les plateaux du petit large. La météo est plutôt clémente ce matin. Le vent souffle du Sud Ouest et le soleil est bien présent.

Les premières dérives ne donnent rien. Je change plusieurs fois de spot mais rien n'y fait. je parviendrai tout de même à faire deux petits lieus jaunes et 2 petits rougets grondins. Alexis et Rémi ont bien quelques attaques mais il semblerai que les poissons soient trop petits. Le vent se lève petit à petit. Je regrette de ne pas avoir d'ancre flottante pour ralentir le bateau. Je vais demander à mon épouse d'en fabriquer une.

 C'est la marée basse. Je me dirige vers le Nord de Bréhat afin qu'on puisse déjeuner à l'abri du vent qui ne cesse de monter depuis qu'on est parti. Je me mets sur un corps mort. On va pouvoir manger tranquillement. Après une petite bière et un casse croute, on ramasse les matériel.

Alexis nous initie à la pêche en lancer ramener avec des petits leurres souples. On fait le grand écart avec la pêche en verticale. le poids des leurres passe de 50 gr à 10 gr. Je ne connais pas trop cette pêche. Alexis, en bon professeur, nous apprend les bases. Il n'est pas avare de conseils. A n'en pas douter, je vais essayer de mettre en application cette technique aux beaux jours. Alexis n'utilise pas d'agrafes sur son bas de ligne. Lorsqu'il change de leurre il refait son nœud systématiquement. Le premier avantage c'est que c'est discret. De plus, c'est plus écologique en cas de casse. Pour finir son nœud est plus fiable.

Il faut bien savoir lire les courants et connaitre parfaitement le secteur. Tout l'art consiste à mettre le bon leurre (forme, couleur et plombage),  le plus naturellement possible devant le bar à la bonne heure marée. Je pourrais également dire le plus discrètement possible. Pas facile dans la théorie alors je vous dis pas dans la pratique. Il faut connaitre extrêmement bien le terrain de jeux. J'emmagasine toutes ces informations dans mon cerveau, je pourrais surement m'en servir plus tard.

Patiente et persévérance sont les deux mamelles de la pêche :) 

Après cette leçon prodiguée par Alexis, je tente une point ou j'y ai trouvé des jolis lieus jaunes. Le courant est à plus de 3 nœuds autant dire que pécher à verticale est impossible. Je retourne sur le point du matin malgré une houle d'un mètre assez courte. Le 3D tender fait le travail, même si il tape un peu c'est acceptable. En fait il faut du poids à l'avant pour qu'il soit parfaitement équilibré.

J'ai du mal à placer le bateau sur la bonne dérive avec ce vent de Sud-Ouest (15 nœuds). Je profite pour lui donner un lien internet vers le site balise météo. On a la chance d'avoir une station sur la pointe de Bilfot. J'ai ainsi la force du vent moyen sur 5 minutes, les vent maxi sur la dernière heure, la température extérieure, la direction et l'historique (sur 24, 48 ou 72 heures) et ce remis à jour toutes les 20 minutes. Cette station météo est mis à disposition par le Club Parapente  Plouézailes.


Balise météo sur la pointe de Bilfot à Plouézec


Je peux même voir le spot ou je pêche !!

Toujours est il que j'ai réussi à trouver les lieus jaunes. Je ne tarde pas à faire le premier beau poisson de la journée (65 cm).

Je replace la dérive. C'est un tripé. Alexis (65 cm), Rémi (74 cm) et moi (70 cm).


Alexis s'occupe des photos.
 Je replace la dérive. Je vais faire un festival. Il est des jours ou on a l'impression d'être sur un nuage. Je suis désolé pour mes coéquipiers mais c'est mon jour. Il y aura d'autre jours ou je serai spectateur plutôt qu'acteur.

Il est temps de rentrer pour voir le match de rugby (Excter-Clermont). Ce n'est pas le jour d'Alexis. Clermont à perdu (: et que dire du stade Toulousain qui a pris une déculotté (fanny) contre Ulster (:

Conclusion :

Une super journée de pêche. Nous sommes tous trois des pécheurs passionnés. Bien que nous soyons sur le même secteur Alexis et moi, nous ne pêchons pas les mêmes spots. C'est pour dire que le terrain de jeux est vaste. Alexis maitrise beaucoup plus de techniques que moi (la volée, la traction, le lancé ramené, ...). J'ai beaucoup appris à son contact. Il va falloir que je diversifie un peu plus mes techniques.

J'apprends petit à petit mais que la route du savoir est longue !!

Alexis me montre sa canne "home made". Depuis longtemps, j'ai envie de me faire ma propre canne mais ça me fait un peu peur. Je regarde souvent le site Rodhouse. C'est le site incontournable pour le Rodbuilding. D'ailleurs tout est dans le titre du site "Fabriquer une canne qui vous ressemble". Le site internet est très bien fait. On trouve toute sorte d'information, des vidéos très didactiques, du matériel, un forum, ...
Le plus dur, c'est de se lancer. Il faut dire que ça peut devenir un budget. Néanmoins, bien moins cher que les cannes qu'on trouve dans le commerce toutes montées. Et quelle satisfaction ce doit être, quand on fait ses premiers poissons avec !!!