Pages

vendredi 23 juin 2017

Prospection et Jigs

Une belle journée s'annonce. Bien entendu je vais aller avec le fiston faire une partie de pêche. Je lui propose d'aller faire de la prospection sur des plateaux un peu plus éloignés de la côte. Je reste tout de même dans la limite des 6 milles des côtes. La mer est lisse, pas une seule ride à la surface. Pas un nuage pour nous cacher le soleil.

Après avoir bien étudié les cartes marines, j'ai une petite idée pour traquer les poissons. Je commence par un plateau rocheux entouré de sable.

La journée est consacrée au jigs. Je vais pêcher toute la journée avec ces morceaux de métal.

Je fais un tour sur la zone en mode structure scan pour repérer le fond. et le modéliser. Je suis vraiment surpris de la puissance de mon nouveau combiné Lowrance. Une fois les repérages effectués, je place la dérive. Pas de poissons à l'horizon. Je décale la dérive de 25 mètres à l'est et ainsi de suite. Après avoir peigné la zone, pas une seule touche et pas âme qui vive.

Je décide d'aller voir une autre zone. Quelques minutes de route, la prospection commence. Je suis toujours aux Jigs. Il faut que j'évalue sur toute une session ces bouts de métal. L'endroit n'est pas meilleur que le précédent.
 
La matinée passe tout doucement mais pas de nouveaux spots. Je discute stratégie avec le fiston autour d'un café. On analyse la carte à la recherche d'un spot. La prospection c'est souvent frustrant. On essaye une dérive sur une ligne de sonde.
 
Ce café nous a fait du bien. Je suis remotivé à bloc. On descend les jigs. Avec ce coefficient de marée le bateau dérive à moins de 2 nœuds. Je vois un peu d'activité sur le sondeur sur un caillou sorti de nulle part. Je monte et redescends le jig. Le leurre se fait stopper à la descente. Je ferme le pick-up et je ferre. C'est pendu. Le poisson se défend bien mais je me demande bien de quel poisson il s'agit. je vois la silhouette du poisson sous le bateau. C'est une dorade. C'est un poisson que je n'ai pas l'habitude de prendre.

Dorade
Le moral est au plus haut dans le bateau après cette prise inespérée. J'ai, bien entendu, marqué le point sur le GPS.
Du coup, je me replace. Plus d'activité et plus de courant sonnent l'heure pour nous de faire une pause casse-croûte. Un dauphin est venu nous rendre visite rendant ce moment magique.
 
J'ai attendu de voir le courant s'inverser avant de reprendre notre prospection. Pendant le repas je me suis amusé à mettre des points sur GPS. Il me reste maintenant à vérifier si c'est un bon choix.
 
Je fais un peu de route pour tenter de trouver des poissons. On trouvera peut-être le spot de l'année :). Malgré ce temps merveilleux pas beaucoup de bateaux sur la zone prospectée. Depuis qu'on est parti ce matin nous en avons croisé deux.
 
Je fais le tour du spot au ralenti pour me donner une idée de la nature des fonds. Le structure scan et le down scan me donnent énormément de précisions et surtout la façon de l'aborder. Je me lance.
 
Je place la dérive. Je vois sur le GPS un peu de poissons caler sur le fond. J'anime mon jig simplement. Je touche le fond, une ou deux animations amples plus je remonte en linéaire plus ou moins rapidement d'une quinzaine de mètres. Sur une animation, je sens le jig s'arrêter avant d'avoir touché le fond. Je ferme le pick-up et ferrage. C'est attelé. Gros rush au premier tour de moulinet. Ca ressemble à la défense du lieu jaune. Le fiston vient d'avoir une tape également.
 
Lieu jaune de 71 cm
 
Je me replace. Le fiston a quelques tapes puis c'est pendu. C'est un tacaud. il va en faire trois d'affiler. Le roi du tacaud :)
 
Je me replace mal mais je parviens tout de même à faire un autre lieu jaune. Il m'a encore pris à la descendante.
 
Lieu jaune de 62 cm
 
Je décide de changer de zone. Toutes les autres zones marquées ne donneront rien. Nous décidons d'arrêter là afin de rentrer à la maison pas trop tard. Demain c'est le dernier jour de vacance du fiston. Je vais aller sur mes spots bien connus pour chercher des lieus jaunes qui seront dégustés dans le Finistère.
 
Conclusion
 
C'est une journée riche en enseignement. Il faut parfois savoir sacrifier une journée pour aller faire de la prospection, tester de nouveaux leurres et pratiquer de nouvelles techniques. Au final, une vingtaine de spots de tester. On a trouvé du poisson sur seulement deux spots. Mais paradoxalement j'ai adoré cette journée. D'une part mon fiston m'accompagne dans cette aventure et d'autre part nous avons eu une météo de rêve.
 
J'ai également testé sur une journée les jigs. C'est une pêche encore plus active qu'aux leurres souples. Le soir, il n'a pas fallu me bercer. J'ai abordé cette journée jig avec un peu de défiance. Il faut reconnaitre que j'ai été agréablement surpris. Je pense que les jigs feront partie intégrante de ma boîte de pêche. tout d'abord les jigs permettent de pêcher même lorsque le courant forci. Ensuite ils descendent bien plus rapidement que les leurres souples. Je peux raccourcir ma dérive.
 
J'ai essayé des jigs avec des assist hook en tête pour éviter de trop crocher le fond. J'ai eu de nombreuses tapes sur le leurre à la remontée mais sans pouvoir ferrer les poissons. Il faudrait peut-être mettre un hameçon simple sur un anneau brisé. Je ferai le test.
 
On retourne demain pour aller sur des spots connus.
 
Une impression d'être les seuls en mer, c'est mieux que le yoga pour se vider la tête.
 
Les leurres du jour
 
Bien évidemment des jigs, tous de la même marque avec des grammages différents de 50 à 120 grammes. J'ai testé deux couleurs le bleu ciel et bleu ciel et rose avec assist hook simple en tête.